Cyrille Léon Hiriart an Hugo Schuchardt (03-04746)

von Cyrille Léon Hiriart

an Hugo Schuchardt

Larressore

06. 11. 1905

language Französisch

Zitiervorschlag: Cyrille Léon Hiriart an Hugo Schuchardt (03-04746). Larressore, 06. 11. 1905. Hrsg. von Frank-Rutger Hausmann (2021). In: Bernhard Hurch (Hrsg.): Hugo Schuchardt Archiv. Online unter https://gams.uni-graz.at/o:hsa.letter.8734, abgerufen am 31. 01. 2023.


|1|

6 novembre 1905

Monsieur,

Vous étiez incomplètement renseigné sur les conditions offertes aux souscripteurs à la Grammaire Basque d’Ithurry que j’édite.1 La souscription n’a été ouverte officiellement que pendant quatre mois: du 1er mars au 30 juin de la présente année. À cette dernière date qui d’ailleurs était publiquement fixée à l’avance j’ai annoncé dans le journal local où j’avais lancé la souscription qu’elle se fermerait sur le chiffre de 206 adhérents. Aucun appel au public n’a été fait depuis; mais à titre exceptionnel et gracieux j’ai admis encore sur ma liste quelques retardataires. Si vous le désirez, vous serez le 207 ème. Mais je dois vous prévenir que le prix de l’ouvrage n’est pas celui qu’on vous aura inexactement donné. Pas 6, pas même 8 francs, mais 10!

|2|

L’importance de l’œuvre les frais d’impression considérables à cause des tableaux les conjugaisons présentés [sic] sous une forme à la fois claires et originales l’aléa de l’écoulement immédiat ou suffisamment prompt pour donner à l’éditeur espoir de se rattraper à peu près, … avant sa mort, le nombre limité d’hommes s’intéressant à notre idiome basque, et enfin les conseils que j’ai reçus d’amis compétents m’ont dicté ce chiffre … chiffre de faveur pour les souscripteurs.

Le prix fort de l’ouvrage quand il sera terminé dépendra de données finales qui me manquent. Je me suis explicitement réservé de l’arrêter à son heure. Selon mes prévisions approximatives fondées sur les calculs d’un confrère qui m’aide beaucoup, le texte du manuscrit d’Ithurry prendra seul environ trente feuilles in 8° de 16 pages l’une. Dix-neuf |3| feuilles ont paru, la vingtième est sous presse.

Partis d’un mauvais pied, dans les derniers jours de l’auteur déjà malade, il y a plus de dix ans, nous suspendîmes la publication à la feuille 11 ème. Nous l’avons reprise cette année, et vous pourrez juger par le nombre de feuilles parues que nous n’avons pas perdu le temps.

Le gros travail, celui des tableaux de conjugaison, est presque terminé. Suivent d’assez longues explications sur le mécanisme du verbe, la formation des mots et enfin la syntaxe qui malheureusement n’est qu’une ébauche, l’auteur étant mort à la peine, littéralement tué par quinze ans de labeur aride et solitaire.

Mon intention est de joindre à l’ouvrage une biographie du vaillant ami qui, en mourant m’a confié sa chère œuvre; et puis peut-être quelques vues personnelles sur quelques questions de détail comme notre orthographe, celle adoptée par l’auteur, etc. … Je ne crois pas être |4| bien long, mais avant que le tout ne soit fait, j’ai cru sage de ne pas fixer le prix fort définitif de l’ouvrage.

S’il m’est possible, je voudrais joindre aussi au volume un facsimile d’une page de manuscrit. Car malgré notre soin scrupuleux à reproduire fidèlement l’auteur, nous avons dû modifier l’aspect matériel de l’œuvre, l’auteur s’étant servi de caractères disposés et proportionnés de façons trop inégales pour l’impression. Exemple: la lettre K est une des plus fréquentes; quand elle se reproduit régulièrement sur toute une page ou partie de page, l’auteur lui donne une forme allongée comme ci-dessous, ce qui lui permet de ne l’écrire qu’une fois; et ainsi de toutes les lettres communes de chaque série de mots …

Nous avons de notre mieux traduit l’idée et jusqu’à l’intention de l’auteur pour le coup d’œil, tout en renonçant à l’impossible. Aurons-nous réussi? Le public en jugera, en confrontant ouvrage imprimé et manuscrit, quand, une fois le travail fini, je déposerai ce précieux manuscrit à la bibliothèque de la Ville de Bayonne ou ailleurs en lieu sûr et à portée. Dès que j’aurai reçu vos nouveaux ordres à titre de sousministrer aux conditions ci-dessus indiquées, et que j’aurai d’autre part reçu, soit la dite somme, soit témoignage de votre identité par un de mes correspondants de Paris à qui j’écris pour cela, je vous adresserai les feuilles parues.

Salutations empressées

Hiriart Urruty.2


1 L’Abbé Jean Ithurry, Curé de Sare, Grammaire basque. Dialecte labourdin , Bayonne: Lamaignère-Foltzer, 1895. – (Unter den souscripteurs findet sich auch „M. Schuchardt, Graz III (Autriche)“. Der Druck zog sich übrigens bis 1920 hin - so die Angabe am Ende der Grammatik).

2 Der franz. Mathematiker Jean-Baptiste Hiriart-Usrruty, Professeur émérite der Université Paul Sabatier de Toulouse, liefert die folgende Deutung des Familiennamens: „HIRIART-URRUTY est un nom basque, association de deux noms courants au Pays basque, mais il ne s’agit pas du nom du père associé à celui de la mère (comme cela arrive parfois), mais bien de celui d’une famille“. Und weiter: „HIRIART: Hiri-arte, entre les hamaux, les domaines, les villages! URRUTY: (la) maison éloignée, (la) maison au-delà, de l’autre côté...d’une route, d’un cours d’eau, d’une colline, selon le site ; généralement : quelque chose de lointain“.

Faksimiles: Universitätsbibliothek Graz Abteilung für Sondersammlungen, Creative commons CC BY-NC https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ (Sig. 04746)