Antoine Meillet an Hugo Schuchardt (45-06949)

von Antoine Meillet

an Hugo Schuchardt

Paris

15. 11. 1922

language Französisch

Zitiervorschlag: Antoine Meillet an Hugo Schuchardt (45-06949). Paris, 15. 11. 1922. Hrsg. von Frank-Rutger Hausmann (2020). In: Bernhard Hurch (Hrsg.): Hugo Schuchardt Archiv. Online unter https://gams.uni-graz.at/o:hsa.letter.8641, abgerufen am 24. 02. 2024. Handle: hdl.handle.net/11471/518.10.1.8641.


|1||2|

2, RUE FRANÇOIS COPPÉE
PARIS (XVe)
16/ XI1

Mon cher maître

Merci, encore une fois, de m’avoir envoyé vos belles remarques.

J’ai demandé qu’on vous envoie le dernier Bulletin Soc. ling.,2 où plusieurs choses vous intéressent, je crois.3

Ne vous laissez pas « frapper » (comme on dit maintenant) par les déclarations fracassantes de Grammont.4 Il aime à casser des vitres, pour le plaisir de les casser. Ça ne tire pas à conséquence. Mais il ne faut pas croire que ça exprime notre pensée. En tout cas, pas la mienne. Scientia a, depuis trois ans, un manuscrit de moi où l’on verra ce que je pense à cet égard quand il sortira.5

Votre bien fidèlement dévoué

A. Meillet


1 Poststempel einen Tag früher als das von Meillet gesetzte Datum.

2 BSLP 23, 1922.

3 U. a. Kurzanzeigen von Schuchardt, Brevier (10); Possessivisch und Passivisch (12); Baskisch von Sara [Lacombe] (134). Das Brevier wird, wie schon angedeutet, von Meillet besprochen ( Comptes rendus , 10-12). Die Besprechung endet: „La bibliographie imposante qui est en tête du volume montrera que la plus grande part de l’œuvre de M. Schuchardt est toute technique. Mais ce qui donne à cette œuvre si vaste un prix singulier, c’est que toutes les recherches dont on y trouve le résultat ont été faites en vue d’arriver à des conclusions de portée générale. En le faisant ressortir, M. L. Spitzer a bien mérité de la linguistique“.

4 Vgl. PK 06919; weiterhin den von Bernhard Hurch edierten Briefwechsel Grammont-Schuchardt, Briefe 03922-03927.

5 Meillet, „ Ce que la linguistique doit aux savants allemands “, Scientia 33, 1923, 263-270. Darin findet sich folgender Abschnitt: „Il fallait constituer une linguistique générale, passant par dessus les langues particulières. Or, ici, un Américain comme Whitney, un Slave comme M. Baudoin de Courtenay, un Suisse français comme F. de Saussure, un Français comme M. Grammont ont agi particulièrement. Sans doute à la plupart de ces nouveautés, l'Allemagne s'est associée, plus ou moins tôt. Mais l'initiative est presque toujours venue d'ailleurs. Si l'Allemagne a ici un grand nom à citer, celui de M. H. Schuchardt, à la fois romaniste et linguiste général, défricheur infatigable de domaines nouveaux et inventeur d'idées générales, il faut noter que M. Schuchardt, enseignant dans une Université lointaine de l'Autriche, à Graz, n'a jamais été de ceux qui ont rien dirigé. Il est demeuré un grand isolé et son action s'est exercée autant, et plus, et parfois plus vite, sur l'étranger que sur les Allemands“.

Faksimiles: Universitätsbibliothek Graz Abteilung für Sondersammlungen, Creative commons CC BY-NC https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ (Sig. 06949)