Louis Joseph Albert Mallac an Hugo Schuchardt (12-06823)

von Louis Joseph Albert Mallac

an Hugo Schuchardt

Paris

01. 02. 1883

language Französisch

Schlagwörter: Romania (Zeitschrift) Baissac, Charles Schuchardt, Hugo (1882)

Zitiervorschlag: Louis Joseph Albert Mallac an Hugo Schuchardt (12-06823). Paris, 01. 02. 1883. Hrsg. von Frank-Rutger Hausmann (2019). In: Bernhard Hurch (Hrsg.): Hugo Schuchardt Archiv. Online unter https://gams.uni-graz.at/o:hsa.letter.8013, abgerufen am 17. 04. 2024. Handle: hdl.handle.net/11471/518.10.1.8013.


|1|

Paris, 1 février 1883

Cher Monsieur,

Je vous remercie de votre bon souvenir qui m’est parvenu sous deux formes différentes: premièrement pour l’envoi de votre article sur le Créole de la Réunion,1 paru dans la Romania; et en dernier lieu pour les quelques lignes écrites sur une carte-postale.

Laissez-moi une reproche de n’avoir pas fait passer par mes mains votre lettre Créole à M. Baissac.2 Cela m’aurait fort intéressé de la lire.

Vous ai-je annoncé que Baissac avait enfin obtenu les palmes d’officier d’Académie?3

|2|

Il les désirait vivement. Cette distinction a dû le rendre fort heureux.

Je verrai M. Barclay4 et je lui parlerai de votre affaire.

Croyez-moi, mon cher Monsieur, votre tout dévoué serviteur
Albert Mallac

Voici des vers créoles que j’ai adressés à un couple de mes amis (Créoles eux-mêmes) pour les inviter à dîner. J’ai pensé que cela pourrait vous amuser.

|3|

Vous croir‘ neq‘ vous tout sel qui conné cauz‘ criole!

Ah! ben mo pas bisoin allé dans vous école

Pour mo capav‘ parlé langaӡ ‘ Madam Céré.

Acoute in pe‘. Dimain (n’a pas l’air, mais li vré)

Mo va gagn‘ cinquante ouit bananés. Na pas pelle

Vié, cà, mozamis! – P’tit Madam‘, ptit Mam’selle

Na plu voulé guett‘ moi. Zot‘ Mong‘ mo livé blanc.

Av‘ mo la peau frisé comment dir‘ l’éléphant.

Mais vous qui mo zamis, vous contemp moi quand même;

Toul‘ dé‘ vin‘ din‘ la caz‘. Mo va donn‘ vous la crême,

Ensemb‘ boucoup quiq‘ cose. Zot’ va boir‘ mo santé

Av‘ un‘ bouteill‘ Campágn? Quand son boucon sauté

Li quer Artir aussi va sauter. So la languè

Va vir‘ dans so la bouss comment Maman carangue

L’her li Mord‘ avec la boētt‘ grounouille ou bien di lard

Assez causé Baptisse! Av‘ là commenss‘ fair‘ tard

Bonsoir Musié Artir, bonsoir Madam‘ Louise

Vin‘ bonn‘ her‘, mo dir‘ vous, dimain, pour cauz‘ bêtise.

|4|

Traduction

Vous croyez qu’il n’y a que vous qui sachiez causer en Créole!

Eh! bien, il n’est pas nécessaire d’aller à votre école

Pour que je puisse parler le langage Madame Céré.

Écoutez un peu. Demain (cela n’a pas l’air, mais c’est vrai)5

J’aurai cinquante huit ans.6 Cela ne s’appelle pas

Être vieux cela! Mes Amis! – Les petites Dames, les petites Demoiselles

Ne veulent plus me regarder. Elles se moquent de mes cheveux blancs,

Et de ma peau fripée (ridée) comme celle d’un éléphant.

Mais vous, qui êtes mes amis, vous m’aimez quand même,

Venez tous les deux dîner chez moi. Je vous donnerai de la crème

Et toutes sortes de bonnes choses. Vous boirez à Ma Santé

Avec une bouteille de champagne. Quand son bouchon sautera

Le cœur d’Arthur aussi va sauter, – sa langue

Sautera dans sa bouche, – pareille à une maman carengue

Au moment où elle mord à la boite (l’appât) imposée d’une grenouille ou d’un

morceau de lard.

Assez causé Baptiste! (locution Créole). Voilà qu’il se fait tard.

Bonsoir, Monsieur Arthur, bonsoir Madame Louise.

Venez de bonne heure, je vous en prie, demain pour que nous disions des folies.


1 Schuchardt, „Sur le créole de la Réunion“, Romania 11, 1882, 589-593.

2 Nicht erhalten.

3 Vgl. HSA 06821 (2.12.1882), des weiteren Baissac, HSA 9-00426 (24.2.1883). Aus HSA 4-00421 (Sept. 1882) erfährt man, dass sich Gaston Paris für die Verleihung eingesetzt hatte.

4 Nicht identifiziert; möglicherweise ein Vertreter des gleichnamigen Bankhauses.

5 Am Rand: „créole patoisance avec la syllabe gué ajoutée après chaque syllabe d’un mot“.

6 Da Mallac am 10.10.1857 in Port Louis (Mauritius) geboren war, ist das genannte Ich, das seinen 53. Geburtstag feiert, nicht mit ihm identisch; vermutlich handelt es sich um eine Auftragsarbeit.

Faksimiles: Universitätsbibliothek Graz Abteilung für Sondersammlungen, Creative commons CC BY-NC https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ (Sig. 06823)