Louis Joseph Albert Mallac an Hugo Schuchardt (10-06821)

von Louis Joseph Albert Mallac

an Hugo Schuchardt

Paris

02. 12. 1882

language Französisch

Schlagwörter: Baissac, Charles Paris, Gaston Marseille

Zitiervorschlag: Louis Joseph Albert Mallac an Hugo Schuchardt (10-06821). Paris, 02. 12. 1882. Hrsg. von Frank-Rutger Hausmann (2019). In: Bernhard Hurch (Hrsg.): Hugo Schuchardt Archiv. Online unter https://gams.uni-graz.at/o:hsa.letter.8011, abgerufen am 18. 04. 2024. Handle: hdl.handle.net/11471/518.10.1.8011.


|1|

Paris, 2 Décembre 1882

Vous avez tort, Monsieur, de vous excuser de m’entretenir de vos recherches philologiques. Ces questions là m’intéressent vivement et, si je n’étais pas dans les affaires, je m’en occuperais assidûment.

Ne vous préoccupez pas de votre envoi à M. Collier, aux Seychelles.1 Je m’en charge. Le livre de Baissac lui sera expédié par un steamer qui quitte Marseille le 10 Ct.; vous pouvez le lui annoncer. Voilà qui est fait.

Quant à les extraits [sic!] de Contes ou de dialogues Seychellois, vous avez raison de dire que c’est du patois Mauricien, mais du patois encore plus francisé que le nôtre.

J’en étais là de ma lettre lorsque j’ai reçu la visite de Mr. C. Barclay, un de mes bons amis, ancien Trésorier Général à Maurice et à Ceylan.2 Je lui ai parlé de votre communication relative aux Seychelles. Il m’a dit qu’un de ses amis, portant le même nom que lui, Sir Henry Barclay3, était Commissaire du gouvernement de |2| Maurice aux Seychelles, et que ce Monsieur serait enchanté de vous procurer tous les renseignements que vous pouvez désirer. Si vous voulez vous mettre en rapport avec Mr C. Barclay, voici son adresse:

34. Avenue Montaigne

Paris4

Je vous autorise à lui écrire tous mes auspices.

Vous voyez, Monsieur, que je ne demande qu’à multiplier les occasions de relations entre nous. Veuillez y voir la preuve des sentiments très distingués

de votre très obéisst serviteur
Albert Mallac

P. S. Je sais que M. Gaston Paris vous tient en très haute estime. Lui-même est fort bien disposé en faveur de notre ami Baissac. Mais il a tant à faire que ses dispositions bienveillantes restent à l’état latent. Vous devriez lui écrire de presser le Ministre d’accorder à M. Baissac les palmes d’officier d’Académie; ce qui est, pour le moment, l’ambition de notre ami de Maurice!

|3|

Il me semble qu’à Maurice on dirait:

Phrases:

- Mo té voir vous papa vous maman, mes frères, mes sères après prom’né bo matin dans ӡardin vous lontm; vous tantine aussi là;

- L’ot Lindi mo té voir ӡot‘ passé, mo ӡenfants; cot‘ ӡot‘ ti allé? Noun té all‘ bengné dans la mer

- Nous va gagn‘ la plie na pas longtemps.

- Souv als grand papa té vende Mamӡelle N. finé tourne lacaӡe; bien Sir ӡot‘ te va casse ӡote léquérie.

- Di fe‘ la ene qui q’çose dou Monnde doite gagne pere.

- Mo plis content bef qui mouton.

- Mo comé vous na pas content léguimes: tout houmoune dire la.

- Bondié empèce Menti.

- À cauӡe ӡeuce lá bas dans di bin ӡote ploie?

- Zote té dire grand Merci, bon Dié li ti empère ӡote Mort.

|4|

- Vous yena quiq‘ cose pour démande moi?

- Ça Madame là ná pas ti aceté marcandises dans Magasin Niméro Six la rie B.

- Son plis bon magnière pour saute ça la rivière-là neque tire linge, après ça ӡette son li corps dans di leau. (se jeter à l’eau).

- Zoӡas qui restent dans di l’eau dans paiye ici na pas pareil comme ӡoӡas malgaces.

- So la case ça bon homme-là tombe la haut li, casse so la cuisse; résement (heureusement) doctère arrive tout ӡiste pour couper so la ӡambe.

|5|

Dialogue entre Bazile et Fanny

B. Qui to gagné mo p’tit? à cause to mègne comme ça? To té malade ui? Ton figuire fine sangé même di pis mo fine quitte toi.

F. Ah! bon Dié! papa! Mo nápaz té malade. L’uralace qui la cause mo mègue comme ça; ӡamais ӡenu Seycelles ti trouve quiq’cose comme ça. 12 Octobre, quatre hères bo matin (divent te fine commence soufflé ine jour avant) av‘ la Montagne St Louis casse éne coup, tout la terre rouӡe discende dans grand la rivière St Louis, li touce son cimin di l’eau. La plie negre tombe même la terre tremblé. Blancs ӡot‘ dire comme ça: trombe qui te faire ça; nom, noirs, nom nà pas conné qui ci ça. Ah! ben! la riviére fane fane partout di l’eau la boue; tous la riesti |6| plains, tous les cases.Tout di bois tous ӡain maux qui dans courant la rivière finie baliés; couvent (ène belle lacase fine tombé).

Père Zérémie (li-même qui nous préfet) Comment li après donne l’extrème onction une pove Madame qui té gagne crazé quand son la case té tombe là-hautli, fine manye mort. Tout dou moune qui té dans la case, pères avec zélèves, té saute par la fenetre, yena qui té vine à boute trouve la porte quand courent li té commence craqué pour tombé. Ene coup – là ene bande ӡouvriers ne pas te va arr’ver, pauve Père té va fouti. L’hère ӡot fin casse casse in pé en bon morceau di bois |7| qui té la haut so la tête, avlà ӡot‘ trouve li enterr‘ dans la boue, trèque ene côté nénez dohors. Si ӡote té va tardé ptit moment. Même, naplis té va gagné so Nouvelle, avant ӡote té trie li, li té fine boire la boue: to coté faire mal. Té yéma ene ӡene fille a coté li fi fine Mort; son nom: Mamӡelle M. Te yénn ene Sére carité aussi qui ӡote te trouve‘ so lé corps (son cadavre). A présent, papa, mo fine perde mon Mari qui té vlé sauve son tantine, comment li, ti a près marcé dans di l’eau la boue. Comment li tiombo-li (tiombo est une corruption de tiens-bon) ene gros pied tambarin qui te après vini (li nà parté voir li) tappe li dans son lédos, avla ӡote fine |8| trainé zisqu’à dans di l’eau salée – neque dé jours après la Police lé trouve ӡote lé corps. Ah ben, papa, vous croire ná pas quiqu‘ çose ça pour faire toumoune, vine ‘mègue.

B. Si fé va, mo ptit, quiq’çose même. Bon Dié soulaӡe vous. Va donne vous Mari pa‘ l’hère.

F. Papa, vous pour tourne Maurice?

B. Comment mo ca pav‘ tourné? toi qui tout séle à présent? Non, mon p’tit,mo vo reste toujours ave toi, ӡisqu`à to fine gagne éne mari.

Proverbes

- Zacon há pas guette so la qué li guette (ou: Çaq‘ pour so camrade)

- Batté rendé ne pas faire di Mal.

|9|

La langue napas lézor.

Enigmes

1, 2 me semblent exacts

3. Mo dans mo la case, tout dou moune entoure mo la case. Mo la case li sourte por la fenête, moi tout tel na pas capave sourti.

4 Mo yena ene la case 50 létages éne la porte tout sel.

5 Mo la terre li blanc; la graine mo planté li noir; mo li ӡié même manӡe çaque ponetté. –

Historiette

Té yéna éne bonhomme qui té appelle Castor. La bonhomme là té yéna maladé li ӡiés. So femme Tanaros, qui té in pé plis vie‘ que li, donne li conséi alle voir Docter pour gagne la tisane pour guéri so lí gié. Castor n’a pas te vlé, à cause so frère Matoupa (qui té bonne gris gris) té dire li: ӡence sourcier qui té ӡette mafine avec toi; laisse- |10| moi sogne toi; to a voir si to na pas pour guéri dans ène simaine. Sa femme ti entilée pour gagne docter; mais castor plu content so frére sogne li qui gagne zaffaire avec Docter. Avlà à présent Papa Matoupa lí arrivé pur sogne so frère. Salam Castor, Salam Matoupa. – Qui nouvele‘ mo frère? – Ah! bé, to na pas trouvé? – Si fait, mo trouvé. Na pas bougé; t’à-l’heure mo a tiré; dou monne fine emposonne to li ӡiés; mo trouve ene ptit quiq’cose qui comment bebeté qui ӡoté après Marée-marée. „Ah, ben, mo frère, douboulé devant moi, tire ça bebeté-lá. Matoupa li prend so petit calébasse cote li mette so mazinga; li tire son boucon. Manman; ӡáffaires qui te sourté là dans! Te yena li véz, ӡongues, la viaune dou Moune, la graisse |11| doumoune, p’tit p’tit morceaux di bois ave éne paquet gonaӡes. Av’là à présent papa Maloupa li Commence travaille (manévrer n’est pas créole); li prend une ӡongue, li couse avec lí, lí, mett li proce so li ziés; avla dí l’eau qui commence coulé dans so li ӡié; dans ca di l’eau lé yéna serpents, ӡangui‘, cent pieds, mille pattes, qui mo conné, moi? Ná pas capave trouve so la fin tout ça bébélis là. Av’là castor commence ça va bien. Li dire Matoupa: Bon Dié soulage vous, mo frère; ácthéro mo couné vous na pas té come menti. Grégoire qui té faire mecanceté are moi à cause mo te vélor p’tit fille son tonton. À présent comment mo a paye toi? Mo na pas gagne l’argent. – Na rien, Castor, alle travaille. Quand to‘ a gagne morceau la monnaie to‘ a donne moi. Lendi main coq canté ai‘ là Castor piqué pour all‘ rode l’ouvrage cot‘ blancs, à cause li |12| té per (si li nà pas ti payé) pendgarde so frère ti va faire tour ca bébélés – là rentro dans so ligiés, semb‘ tous ca gonaze qui li si fine tiré. Ene banane papé, Catlon na pas donne Matoupa éne casse (de l’anglais cash, argent comptant) Matoupa après veille li. Ene ӡour grand matin so femme Castori tende so Mari qui té encore dans li lit li crille comme ca: Bon Dié, qui ci ça encore? Mais (prononcez mé) ӡor‘ vle‘ bouge moi, pas possible. Tanarou allime la lampe ave tonde (les Créoles blancs prononcent tondre. Le tontre est un briquet composé d’un tube de bambou rempli d’une pulpe végétale très inflammable, et qu’on enflamme au moyen d’une pierre à fusil. Le mot doit être d’origine nègre) pour guette comme la qui la qui vlé soinje so mari – Qui li trouvé? – Tous ca bébetes-là qui ӡote après entré dans so liӡier. – Itanhan! Mo né pas té dire toi paye to frère? Co nà pas ti vlé! Eh! ben te présent to |13| fouté même. Dés ӡours nà pas passé, Castor fine mort.

Séga.

1. Madame Dipis, dipi l’amouré li n’a pas gagne dourmi; boutons l’amour dans so figuire comment dire grappes ӡammalac (le jamalac est un fruit des îles Mascareignes qui vient en grappes abondantes. Il y en a de différentes espèces, les unes roses, les autres blanches) P’tit Jean li batte tambour. (Ce petit Jean pourrait bien être une personnification du Monastique?) Lo empèce Madam‘ dourmir. Bonto prends l’eventail pour faire Madame dourmi.

2. Caroline, Caroline, enbas pigeonnier Madame; Madame dimandé: Qui to fair là, Caroline? – Mo veil‘ mo mari tous les samedis dans Martin5 (?). –

9 Décembre
r. s. v. p.


1 Nicht identifiziert.

2 Sir Colville Arthur Durell Barclay (1829-1896), hoher britischer Kolonialbeamter.

3 Henry Barclay (1815-1898), britischer Politiker, Kolonialgouverneur und Patron der Wissenschaften.

4 Eine Korrespondenz mit Schuchardt ist nicht nachweisbar.

5 Gem. „matin“?

Faksimiles: Universitätsbibliothek Graz Abteilung für Sondersammlungen, Creative commons CC BY-NC https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ (Sig. 06821)