Michel Bréal an Hugo Schuchardt (10-01330)

von Michel Bréal

an Hugo Schuchardt

Paris

11. 10. 1895

language Französisch

Schlagwörter: Académie des inscriptions et belles-lettres Einladung Institut de France Universität Paris-Sorbonnelanguage Georgischlanguage Portugiesisch (Rangun) Ascoli, Graziadio Isaia Paris, Gaston Paris Schuchardt, Hugo (1895) Bréal, Michel (1895) Schuchardt, Hugo (1895)

Zitiervorschlag: Michel Bréal an Hugo Schuchardt (10-01330). Paris, 11. 10. 1895. Hrsg. von Frank-Rutger Hausmann (2019). In: Bernhard Hurch (Hrsg.): Hugo Schuchardt Archiv. Online unter https://gams.uni-graz.at/o:hsa.letter.7010, abgerufen am 06. 02. 2023. Handle: hdl.handle.net/ 11471/518.10.1.7010.


|1|

Paris 11 oct. 95.

Mon cher Collègue,

J’ai reçu les brochures, votre lettre et les deux post-scriptum.

Je suis flatté du choix que vous faites de moi pour présenter à l’Académie votre travail sur le géorgien.1 Je compte le faire dès que je l’aurai lu en entier. Je tâcherai de répondre à vos intentions.

Vous paraissez très enfoncé dans le Caucase.2 Ce don d’ubiquité linguistique est admirable.

Mais je regrette que vous ne vous transportiez pas vous-même à Paris.

|2|

J’avais eu l’intention de vous écrire pour vous prier d’accepter l’hospitalité chez moi. Vous auriez eu pour voisin de chambre M. Ascoli, qui serait bien digne de vous donner la réplique. Mais M. G. Paris m’a dit qu’il m’avait devancé et que vous aviez déjà décliné son invitation.

La neurasthénie me paraît une excuse insuffisante. De ces fêtes3 on en prend et on en laisse. Chacun est libre d’aller soit à la Sorbonne, soit au Théâtre français, soit ... au Casino de Paris, avec ou sans cravate blanche. Quoique d’âge respectable, l’Institut n’est pas bégueule.

Au revoir donc, cher Monsieur, à |3| un autre moment. Si j’apprends quelque chose sur le géorgien, je vous en ferai part.

Affectueusement

Michel Bréal
70 rue d’Arras


1 „M. Bréal présente une brochure de M. Hugo Schuchardt, sur la langue géorgienne, Über das Georgische“, Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 39(6), 1895, 606.

2 Schuchardt, „Über den passiven Charakter des Transitivs in den kaukasischen Sprachen“, Sitzungsberichte d. Wien. Ak. 133, I, 1895, 1-91.

3 Das Institut de France, dem Schuchardt seit 1890 angehörte, war im Jahr 1795 als Institut National des Sciences et Arts zur Dachorganisation aller französischen staatlichen Akademien bestimmt worden, konnte also 1895 sein Hundertjähriges feiern.

Faksimiles: Universitätsbibliothek Graz Abteilung für Sondersammlungen, Creative commons CC BY-NC https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ (Sig. 01330)