Victor Henry an Hugo Schuchardt (03-04566)

von Victor Henry

an Hugo Schuchardt

Douai

23. 01. 1886

language Französisch

Schlagwörter: Institut de France Bréal, Michel Henry, Victor (1886) Schuchardt, Hugo (1868) Schuchardt, Hugo (1886)

Zitiervorschlag: Victor Henry an Hugo Schuchardt (03-04566). Douai, 23. 01. 1886. Hrsg. von Frank-Rutger Hausmann (2019). In: Bernhard Hurch (Hrsg.): Hugo Schuchardt Archiv. Online unter https://gams.uni-graz.at/o:hsa.letter.6829, abgerufen am 31. 01. 2023. Handle: hdl.handle.net/ 11471/518.10.1.6829.


|1|

Douai, 23 février 1886.

Monsieur et honoré collègue,

Je suis heureux de pouvoir enfin vous annoncer que je corrige en ce moment l’épreuve de mon article sur l’essai que vous avez bien voulu m’envoyer.1 J’espère donc qu’il paraîtra d’ici à un mois au plus. Non seulement je n’ai aucune objection à faire contre votre projet de me répondre, mais même j’en serais tout particulièrement flatté, si vous trouvez que mes observations vaillent la peine d’être discutées, et, pour vous faciliter cette discussion, je me propose de vous envoyer confidentiellement dans quelques jours une épreuve de mon article, en sorte que |2|  votre réponse pourra être prête, si vous le voulez, avant même que ma recension ne paraisse. Seulement je ne saurais vous dire jusqu’à quel point la direction de la Revue, à laquelle je n’ai à aucun degré l’honneur d’appartenir, admet le droit de réponse; mais, si le format restreint de ce périodique ne vous permettait pas de donner à votre réplique tous [sic] le développement qui vous semblerait nécessaire, nous pourrions continuer le dialogue dans la Revue de linguistique (Maisonneuve éditeur), oú j’écris depuis fort longtemps et qui, j’en puis répondre, accueillerait avec empressement vos communications.

Je viens de lire votre réponse à la recension de M. Paul.2 Je suis |3| d’accord avec vous sur plusieurs points, et je ne pense pas que vous ayez un aussi grand nombre d’objections à faire à la mienne. Quoi qu’il en soit, la haute approbation de M. Bréal à l’ Institut de France3 est d’un poids à emporter ma mince critique et vous autorise à ne regretter que pour moi une divergence de vues qui vous met en si bonne et si savante compagnie.

Veuillez, Monsieur et honoré collègue, agréer l’expression réitérée de ma haute estime et de mon cordial dévouement.
V. Henry


1 Henry, Revue Critique 21, 1886, 223-226 (Rez. von Slawodeutsches und Slawoitalienisches)Es geht in dieser durchaus wohlwollenden Rez. insbesondere um die „Ausnahmslosigkeit der Lautgesetze“. So schreibt Henry (226): „Mais, dira M. Sch. (p. 32), nous qui ne croyons pas au nouveau dogme, sommes-nous donc moins exacts et moins méthodiques que ses apôtres? Ici la question deviendrait presque personnelle, si l’auteur n’évitât avec le plus louable scrupule jusqu’à l’ombre d’une personnalité. Je serai moins réservé que lui, et je dirai hautement que nul ne songera jamais à adresser un semblable reproche à l’auteur du Vocalisme des Vulgärlatein. Et n’est-ce pas une présomption d’une certaine valeur en faveur du principe de la constance des lois phonétiques, que ceux qui la repoussent, les Ascoli, les Merlo, les Schuchardt, conduisent leurs savantes et loyales recherches exactement dans le même esprit que ceux qui le proclament?“

2 Schuchardt, „Erwiderung [gegen Paul in der Frage der Lautgesetze]“, Literaturblatt für germ. u. rom. Philologie 7, 1886, 80-83.

3 „M. Bréal fait hommage, de la part de l’auteur, M. Hugo Schuchardt, d'une brochure intitulée: Ueber die Lautgesetze gegen die Jung- Grammatiker [...]“, Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 30, 1, 1886, 127-129.

Faksimiles: Universitätsbibliothek Graz Abteilung für Sondersammlungen, Creative commons CC BY-NC https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ (Sig. 04566)