Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (493-06108)

von Georges Lacombe

an Hugo Schuchardt

Paris

17. 07. 1924

language Französisch

Schlagwörter: Euskaltzaindia - Real Academia de la Lengua Vasca - Académie de la Langue Basque Azkue y Aberasturi, Resurrección María de Urquijo Ybarra, Julio de Bonaparte, Louis Lucien Baskenland

Zitiervorschlag: Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (493-06108). Paris, 17. 07. 1924. Hrsg. von Katrin Purgay (2017). In: Bernhard Hurch (Hrsg.): Hugo Schuchardt Archiv. Online unter https://gams.uni-graz.at/o:hsa.letter.6186, abgerufen am 03. 02. 2023. Handle: hdl.handle.net/ 11471/518.10.1.6186.


|1|

Paris
137 Bd St Michel
le 17 juillet 1924

Cher et très honoré Maître,

Le jeu pasaka, qu’on appelle ainsi par abréviation excessive, est tout simplement le jeu de la courte paume en lieu clos, au trinquet, qui se pratique depuis de longs siècles au pays basque. Dans les règles de ce jeu qui ont été établies par la Fédération française de Pelote basque et auxquelles j’ai collaboré, j’ai obtenu qu’on mette, en tête, un titre plus explicite que celui adopté par F. de St Jayme. Ce titre, le |2| voici: Règles du jeu de pelote en gant de cuir au trinquet pasaka (Gure Herria, IV, 310). Quant au mot pasaka en voici l’explication. Il arrive souvent qu’au cours du jeu les camps changent de place: le marqueur proclame alors, par exemple: Trente, Kuante, (kuarenta) pasa! jaunak! C’est parce que les équipes passent d’un camp à l’autre qu’on appelle ce jeu pasaka (pasa-ka jokatzia).

Je n’ai pu malheureusement trouver le nom du préhistorien de Marsillargues dont vous me parliez dans une précédente carte: |3| personne ne le connaît à l’Institut français d’Anthropologie.

A la fin du mois dernier a eu lieu la dernière séance d’été de l’Académie basque. Azkue, qui semblait avoir terminé la lecture de sa Morphologie, y a joint des Appendices où il donne des tableaux verbaux qu’il commente. Malheureusement, et malgré les admonestations amicales de J. de Urquijo et les miennes, nous n’avons pu le convaincre de deux grandes erreurs: Azkue veut absolument que le radical de izan soit -iz- et que dut repose sur ukan! Espérons qu’avant l’impression de |4| cette partie de son travail il se laissera convaincre.

Il a, au surplus, droit à notre reconnaissance pour avoir récemment exploré la vallée de Cigoitia, dont il a recueilli le verbe, si curieux pour un parler alavais (formes telles que dut, dudez etc…) Bonaparte n’avait fait qu’y passer en 1857, mais, s’il y avait séjourné, il en aurait fait une variété spéciale.

L’article sur L’importance du basque pour la linguistique dont vous me parliez il y a quelque temps sera le bienvenu, car c’est toujours vers l’indo-européen que les savants se tournent de préférence. –

Bonne santé, cher Maître, et respectueux hommages de votre respectueusement dévoué

G. Lacombe

Faksimiles: Universitätsbibliothek Graz Abteilung für Sondersammlungen, Creative commons CC BY-NC https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ (Sig. 06108)