Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (477-06100)

von Georges Lacombe

an Hugo Schuchardt

Paris

24. 12. 1923

language Französisch

Schlagwörter: Collège de Francelanguage Baskisch Spitzer, Leo Bonaparte, Louis Lucien Charencey, Hyacinthe de Urquijo Ybarra, Julio de Azkue y Aberasturi, Resurrección María de Saroïhandy, Jean-Joseph San Sebastian Schuchardt, Hugo (1923) Schuchardt, Hugo (1923) Schuchardt, Hugo (1922)

Zitiervorschlag: Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (477-06100). Paris, 24. 12. 1923. Hrsg. von Katrin Purgay (2017). In: Bernhard Hurch (Hrsg.): Hugo Schuchardt Archiv. Online unter https://gams.uni-graz.at/o:hsa.letter.6170, abgerufen am 29. 01. 2023. Handle: hdl.handle.net/ 11471/518.10.1.6170.


|1|

Paris, le 24 décembre 1923

Cher et très honoré Maître,

En rentrant de St Sébastien j’ai trouvé votre aimable carte. – Aux errata de M. Spitzer je ne puis aujourd’hui – n’ayant pas encore terminé l’examen de votre très beau travail – qu’ajouter ceci : la note 21 onak a été omise. – Puisque nous sommes sur ce chapitre des errata, permettez-moi de vous signaler, pour que vous puissiez les corriger à la main dans les separata de votre note sur aphez…, deux petits errata qui ne sont pas d’ailleurs «sinnstörend»:

ligne 22, au lieu de u-a | u.a

               "    28         "   braachen | brauchen.

|2| (Il y a également une ou deux petites choses dans Etymologisches.

Cette mauvaise imprimerie de la Députation de Guipuzcoa m’a, malgré quatre corrections d’épreuves, ajouté quelques fautes dans les notes que j’ai données dans le même numéro. Mais cela n’a pas une grande importance.)

En cherchant autre chose je suis tombé sur une lettre de Bonap. à Charencey que j’ai publiée autrefois dans la Rev. basq. II, 783 et où le prince parle justement de apez. Il en existe une autre, inédite, antérieure de quelques jours, et dans laquelle les choses sont présentées autrement: vaut-il la peine de la publier?

A St Sébastien, Urquijo m’a montré une lettre de vous où vous parlez d’acheter des |3| exemplaires des Primitiae. Mais ce serait un comble, surtout après toutes ces fâcheuses histoires! J’ai donc demandé et obtenu que 30 exemplaires vous soient aussitôt envoyés sous pli recommandé. C’est la moindre des choses. – Bien que toujours plongé dans les bécarres et les bémols, Azkue a promis aussi de vous faire adresser dans quelques jours le montant du prix Hugo Schuchardt 1924. – On m’a laissé prendre deux exemplaires des Primitiae: je donnerai l’un d’entre eux à M. Ernault, qui est ici en ce moment, et qui s’intéresse toujours beaucoup au basque.

Saroïhandy a commencé à expliquer au |4|Collège de France, votre travail sur le basque de Sare. Il est regrettable que ce bascologue bien intentionné sache le basque si imparfaitement; il commet souvent de grosses erreurs matérielles (barbarismes, solécismes, contre-sens etc.) et connaît bien mal sa bibliographie basque. Néanmoins il est en progrès, et il s’améliore petit-à-petit, emeki-emeki.

Le catéchisme en basque de Sare dont je vous entretiens précédemment n’exprime qu’approximativement le langage local. Bonap. avait commencé à le corriger à l’encre rouge, mais s’est arrêté dès les premières pages: c’est regrettable.

Avec mes meilleurs vœux et l’assurance de mes sentiments respectueux et dévoués

G. Lacombe

Faksimiles: Universitätsbibliothek Graz Abteilung für Sondersammlungen, Creative commons CC BY-NC https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ (Sig. 06100)