Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (466-06096)

von Georges Lacombe

an Hugo Schuchardt

Bayonne

20. 10. 1923

language Französisch

Schlagwörter: Euskaltzaindia - Real Academia de la Lengua Vasca - Académie de la Langue Basque Jud, Jakob Azkue y Aberasturi, Resurrección María de Niemeyer, Hermann Schuchardt, Hugo (1923)

Zitiervorschlag: Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (466-06096). Bayonne, 20. 10. 1923. Hrsg. von Katrin Purgay (2017). In: Bernhard Hurch (Hrsg.): Hugo Schuchardt Archiv. Online unter https://gams.uni-graz.at/o:hsa.letter.6159, abgerufen am 26. 02. 2024. Handle: hdl.handle.net/11471/518.10.1.6159.


|1|

Bayonne (Villa Izarra)
le 20 octobre 1923

Mon cher maître,

Quelle joie d’avoir reçu, ce matin, les premières et la dernière pages des Primitiae! Je vais les lire à tête reposée: une ou deux petites remarques en attendant:

n° 176 zuan für zukan. J’ai rencontré je ne sais où la forme intermédiaire zuyan (cf. baztanais heken, lab. heyen, bn. hen[)].

n° 175 bethi (de bethe [)]. Le rapprochement me semble |2| maintenant évident. Mais il fallait y songer ! – Ne vous mettez pas martel en tête si, çà et là, votre travail demande quelques Berichtigungen, Zusätze und Ergänzungen, car il vous sera très facile, si vous le jugez à propos, de publier à part ce petit supplément, car maintenant que l’ouvrage est sur le point de paraître, vous aurez tout le loisir pour préparer tel travail qu’il vous plaîra:

En même temps que vos épreuves, j’ai reçu, comme |3| vous pouvez voir par ce qui précède, votre aimable carte, qui s’est croisée avec la lettre que je vous ai écrite l’autre jour des Aldudes. J’attends d’un moment à l’autre ma convocation à la session d’octobre de l’Académie, qui doit avoir lieu à Bilbao en l’honneur de la conférence de M. Jud. Vous pouvez être certain que je chaufferai Azkue dans le sens de ce que vous savez. Azkue est le plus excellent des hommes, mais il est constamment dans les |4| nuages: depuis plus de vingt ans que je le connais, je me suis aperçu qu’il était bon de le secouer de temps en temps. Je puis cependant dès à présent, vous garantir que Niemeyer n’a aucune inquiétude à avoir sous aucun rapport.

Mes cogitations roulent toujours sur ce mystérieux -e- de zazpieko, bíeko etc.: je comprends -ko, -tako, -etako, mais pas -eko. Mystère et linguistique!

Izan erne eta bizkor! Zure zerbitzari goresten zaituena

G. Lacombe

Faksimiles: Universitätsbibliothek Graz Abteilung für Sondersammlungen, Creative commons CC BY-NC https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ (Sig. 06096)