Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (465-06095)

von Georges Lacombe

an Hugo Schuchardt

Aldudes

16. 10. 1923

language Französisch

Schlagwörter: Geburtstag Revue internationale des études basques Euskara (Organ für die Interessen der "Baskischen Gesellschaft")language Baskisch Azkue y Aberasturi, Resurrección María de Urquijo Ybarra, Julio de Niemeyer, Hermann Vinson, Julien Bonaparte, Louis Lucien USA Bretagne Straßburg Schuchardt, Hugo (1923) Schuchardt, Hugo (1922)

Zitiervorschlag: Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (465-06095). Aldudes, 16. 10. 1923. Hrsg. von Katrin Purgay (2017). In: Bernhard Hurch (Hrsg.): Hugo Schuchardt Archiv. Online unter https://gams.uni-graz.at/o:hsa.letter.6158, abgerufen am 03. 02. 2023. Handle: hdl.handle.net/ 11471/518.10.1.6158.


|1|

Les Aldudes, le 16 octobre 1923

Mon cher Maître,

Merci beaucoup de votre aimable lettre du 5, et si je n’y ai pas répondu plus tôt, c’est que j’ai rencontré ici un Baztanais revenant d’Amérique et qui parlait un basque hybride fort curieux que j’ai voulu étudier un peu. Je rentre demain à Bayonne (Villa Izarra).

Je compte causer prochainement avec Azkue et Urquijo de tout ce que vous me dites concernant vos Primitiae, Niemeyer etc. Il est à croire que tout marchera pour le mieux.

C’est avec une véritable désolation que j’ai appris qu’une carte de vous |2| s’est égarée: antérieurement à la lettre à laquelle je réponds, j’ai reçu de vous ces temps derniers deux cartes, l’une du 31 août, l’autre du 17 sept. Celle qui s’est égarée semble avoir été écrite entre ces deux dates et devait répondre à la lettre que je vous ai écrite de Bretagne fin août. Si vous vous souvenez avec précision de ce qu’elle contenait, veuillez me le faire savoir. J’ai cru comprendre que vous m’y posiez plusieurs questions: c’est avec le plus grand plaisir que j’y répondrais sans tarder. Pour ce qui est du 80eanniversaire de Vinson, qui a été accompli en janvier dernier, je n’ai pas entendu dire qu’il ait été |3| célébré. Le dernier Bulletin de la Soc. des Sciences, Lettres et Arts de Bayonne donne un portrait de Vinson et y joint une notice biographique, mais elle fait de même pour M. Le Beuf: ces deux articles n’ont rien à voir avec l’âge des hommes auxquels ils sont consacrés : ils sont destinés seulement, à l’occasion du cinquantenaire de la Société, à honorer les deux seuls membres fondateurs survivants.

Comme toujours, j’ai appris ici pas mal de choses nouvelles; on ne sait jamais parfaitement le basque. Voici un fait que je vous signale: au jeu de mus, on parle du bieko, du laueko, du zazpieko: j’avoue ne pas comprendre du tout cet -e-.

|4| Vos Primitiae vont paraître, et je n’ai pas encore écrit le grand article promis sur votre basque de Sare! Cela tient à ce qu’il m’a semblé que je devais, en même temps, qu’un résumé de votre ouvrage, faire aussi un résumé des recherches de Bonap. sur le même sujet : dans ses papiers, il y a un vocabulaire saratar d’environ 2000 mots, les ¾ du verbe auxiliaire, la déclinaison, et un catéchisme. M’autorisez-vous à intituler mon article Pour la connaissance du b. de S.! Si vous le préférez, il m’est facile de lui donner comme titre Autour du basque de Sare. Ce qui me retarde surtout, c’est qu’il me faut copier tout au long le catéchisme, qui |5| est à Pampelune.

Mais voici que je repense à Vinson: j’ai oublié de vous dire un peu plus haut qu’il a publié dans le susdit Bulletin une étude sur Le calendrier basque:1 c’est celle qu’il a donnée à la R.B., mais revue et augmentée : il paraît qu’il en existe un tirage à part, mais il n’est pas venu jusqu’à mes yeux. Bien que V. considère ce travail comme complet, je suis en mesure d’affirmer qu’il est très incomplet.

Un professeur de langues orientales de Strasbourg, M. Karst,2 me demande quelques nos de la Revue. M. Karst étudie le basque avec beaucoup d’assiduité.

Tout à votre |6| disposition à tous les points de vue, mon cher Maître, je vous adresse l’expression de mes respectueux sentiments.

G. Lacombe

Votre introduction sur l’importance du basque mettra-t-elle, enfin, la puce à l’oreille des linguistes généraux? Il en est si peu qui se doutent du profit qu’ils retireraient pour leurs travaux de l’étude d’euskara!


1 Julien Vinson: « Le calendrier basque », BSB, 1922, 363.

2 Joseph.

Faksimiles: Universitätsbibliothek Graz Abteilung für Sondersammlungen, Creative commons CC BY-NC https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ (Sig. 06095)