Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (456-06089)

von Georges Lacombe

an Hugo Schuchardt

Saint-Quay

27. 08. 1923

language Französisch

Schlagwörter: Euskaltzaindia - Real Academia de la Lengua Vasca - Académie de la Langue Basque Azkue y Aberasturi, Resurrección María de Steiner, Herbert Cornu, Julius Richter, Elise Meillet, Antoine Harriet, Maurice Uhlenbeck, Christian Cornelius Bretagne Paris Schuchardt, Hugo (1923) Schuchardt, Hugo (1923)

Zitiervorschlag: Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (456-06089). Saint-Quay, 27. 08. 1923. Hrsg. von Katrin Purgay (2017). In: Bernhard Hurch (Hrsg.): Hugo Schuchardt Archiv. Online unter https://gams.uni-graz.at/o:hsa.letter.6148, abgerufen am 01. 02. 2023. Handle: hdl.handle.net/ 11471/518.10.1.6148.


|1|

St Quay (Côtes-du-Nord)
Le 27 août 1923

Cher et très honoré Maître,

Je suis tellement en retard avec vous que j’en ai honte et m’en excuse humblement.

Mille mercis pour l’aimable envoi de votre article Individualismus: les idées que vous y développez rejoignent sur bien des points les conceptions bergsoniennes et je m’en réjouis de tout cœur. Cette nouvelle contribution à la philosophie du language m’est très précieuse, car je n’ai, dans mes études jamais séparé philosophie et linguistique.

|2| Il est probable que le brave Azkue, que je compte voir du 7 au 9 septembre aux Euskal-Egunak de Santesteban, aura été vous voir et que vous aurez pu causer avec lui de divers points traités dans votre dernière lettre: je ne doute pas, quant à moi, de la parution de vos Primitiae que tout le monde accueillera avec joie.

M. Steiner, toujours charmant, m’a adressé deux articles sur vous, l’un de 1912 (par Cornu1), l’autre de 1922, signée d’Elise Richter: dans la petite plage de Bretagne d’où je vous écris, loin de tout bruit, cette |3| lecture m’a été très agréable.

Demain je suis convoqué par M. Ernault à assister à une séance de l’Académie bretonne. Azkue assista naguère à une séance de l’Académie catalane: il y a là matière à d’utiles indications pour l’Académie basque.

«Ich weine am Grabe des baskischen Atlas» disiez-vous un jour à notre président. Mais je viens de recevoir un mot de M. Meillet qui veut bien m’appuyer à l’effet d’obtenir une petite subvention du ministère. Je crois qu’il faudra faire d’Atlas basque de France et l’Atlas basque d’Espagne séparément, tout en conservant le |4| même questionnaire. Une autre tâche urgente aussi me paraît être la publication du Dictionnaire d’Harriet: cet ouvrage enrichirait Azkue de quelques centaines de mots et d’exemples.

M. Uhlenbeck compte aller l’an prochain à Itxassou (bas-navarrais occidental du Labourd) pour observer le parler local de ce village. En attendant, un de ses élèves étudie sur place un parler biscayen des environs de Marquina.

Si vous avez quelque chose à me dire, le plus sûr sera de vous adresser à Paris, 137 Bd St Michel, d’oú l’on ferait suivre, car je suis en ce moment atteint de dromomanie.

Veuillez, mon cher Maître, agréer mes meilleurs vœux et l’expression de mes sentiments d’affectueux rescpect.

G. Lacombe


1 Julius.

Faksimiles: Universitätsbibliothek Graz Abteilung für Sondersammlungen, Creative commons CC BY-NC https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ (Sig. 06089)