Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (436-06076)

von Georges Lacombe

an Hugo Schuchardt

Aldudes

08. 09. 1922

language Französisch

Schlagwörter: Gavel, Henri Harriet, Maurice Bonaparte, Louis Lucien Azkue y Aberasturi, Resurrección María de Paris

Zitiervorschlag: Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (436-06076). Aldudes, 08. 09. 1922. Hrsg. von Katrin Purgay (2017). In: Bernhard Hurch (Hrsg.): Hugo Schuchardt Archiv. Online unter https://gams.uni-graz.at/o:hsa.letter.6128, abgerufen am 03. 02. 2023. Handle: hdl.handle.net/ 11471/518.10.1.6128.


|1|

Aduldes, 8 septembre 1922

Cher et très honoré Maître,

Je vous ai écrit avant-hier, mais votre aimable carte, reçue hier, me donne le plaisir de causer aujourd’hui encore avec vous.

Vos remarques sur l’huetza de Harff1 m’intéressent d’autant plus que j’ai adressé il y a une quinzaine de jours à l’abbé Blazy, pour Gure Herria, une note au sujet de la façon dont Gavel l’interprète. L’hiretzea de Gavel (dont il a tort de douter puisque il est donné par Harriet, Fabre2 et peut-être Lécluse 3(qui copie constamment Harriet) et puisque, à ce que m’assure Intza, 4iretze est courant dans une partie du h.-nav. sept.[)], cet hiretzea, dis-je, me semblait moins rapproché de huetza que hiretza, que je supposais avoir existé puisque iratza est, d’après les mss. de Bonap., la forme normale |2| en aezcoan, salazarais et roncalais : je proposais donc dans cette note (dont je n’ai pas encore vu d’épreuves) d’admettre que huetza = hiretza. Mais mon opinion est ébranlée par vos remarques : agotza ou abotza peuvent en effet, si on lit (h)a(g)otza résoudre la question ; pour le sens, cela va très bien. Je regrette infiniment de ne pas avoir sous la main (ils sont à Paris) les vocabulaires mss. aezc., salaz., roncal. et aussi h.-nav. mér. du P ce Bonap., car il serait intéressant de voir les mots qu’il a recueillis pour «paille» dans ces dialectes.

J’ignore quand Blazy (que je dois voir à Guernica) me communiquera une épreuve de ma note. M’autorisez-vous à mentionner votre hypothèse en dernier heure? ou ne serait-il pas préférable que vous rédigeassiez, en français de préférence, une petite |3| note sur cette affaire? Ce sera comme vous voudrez.

Berbère ifilku est impressionnant, mais on m’a dit ici que ira-berde et irachar signifient des sortes de fougères (ira-berde se dit aussi à Eibar) et que ira-leku = iraztorri(torri = toki ?) La question est compliquée: Ernault m’a promis de revenir à la charge en faveur de ratis.

C’est avec joie que j’ai appris que vous aviez envoyé quelque chose à Azkue pour le Congrès.

Dans la convocation sur séances de l’Académie qui auront lieu à Guernica on peut lire ce qui suit: Azkue jauna oraindik Alemanian da ta il onen bost edo seian irtetzeko asmotan dago.

A bientôt une nouvelle lettre.

Banua Gernikaat.

Votre très respectueusement dévoué

G. Lacombe

|1| P.S. On vous enverra toutes les épreuves que vous voudrez des Ling. Vasc. prim.


1 Henri Gavel: « Un pélerin de Saint-Jacques au pays basque, à la fin du xve siècle [Arnold von Harff] », Gure Herria, 1922, II, 382-390, 450-463, 579-588.

2 Marie Hyacinthe Louis Fabre: Dictionnaire français-basque. Bayonne: P. Cazals, 1870.

3 Fleury de Lecluse: « Vocabulaire Basque-Français », Grammaire basque. Bayonne: L. M. Cluzeau, 1826, 123-169.

4 Pater Intza Damaso.

Faksimiles: Universitätsbibliothek Graz Abteilung für Sondersammlungen, Creative commons CC BY-NC https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ (Sig. 06076)