Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (408-06061)

von Georges Lacombe

an Hugo Schuchardt

Paris

01. 12. 1921

language Französisch

Schlagwörter: Euskaltzaindia - Real Academia de la Lengua Vasca - Académie de la Langue Basque Revue internationale des études basqueslanguage Iberischlanguage Griechisch Gavel, Henri Urtel, Hermann Uhlenbeck, Christian Cornelius Urquijo Ybarra, Julio de Vinson, Julien Azkue y Aberasturi, Resurrección María de Bonaparte, Louis Lucien Eys, Willem Jan van Trübner, Nikolaus San Sebastian Straßburg Spanien Schuchardt, Hugo (1921) Urtel, Hermann (1917) Urtel, Hermann (1919) Uhlenbeck, Christian Cornelius (1910) Schuchardt, Hugo (1922) Schuchardt, Hugo (1907)

Zitiervorschlag: Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (408-06061). Paris, 01. 12. 1921. Hrsg. von Katrin Purgay (2017). In: Bernhard Hurch (Hrsg.): Hugo Schuchardt Archiv. Online unter https://gams.uni-graz.at/o:hsa.letter.6100, abgerufen am 03. 02. 2023. Handle: hdl.handle.net/ 11471/518.10.1.6100.


|1|

Paris, 137 Boulevard Saint-Michel, le 1er/2 décembre 1921

Cher et très honoré Maître,

Mille remerciements pour Possessivisch und Passivisch. Je n’ai pas encore eu le temps d’étudier comme elle le mérite cette nouvelle brochure, mais elle me paraît être une contribution importante aux études psychologiques et linguistiques à la fois.

J’ai bien reçu aussi vos deux aimables cartes des 21 et 26 novembre. – Il est déplorable que le livre de Gavel ne soit point parvenu à M. Urtel; d’autre part, comme correspondant de l’ Académie il auraît du recevoir régulièrement l’Euskera, qui (page 17 du 1er fascicule) donne correctement son adresse. Enfin, depuis qu’il m’envoya si gentiment ses deux brochures ( Iber. et Onomatop.) je lui ai écrit trois fois et envoyé ma traduction de la Phonét. d’Uhlenbeck et je n’ai reçu aucune résponse. De tout cela on peut conclure que son courrier ne lui parvient pas régulièrement. Gavel a distribué les quelques exemplaires de sa thèse qui avaient été tirés, mais vous savez que cet ouvrage doit paraître (très prochainement) comme numéro unique 1921 de la RIEB. Je dirai à Urquijo d’envoyer ce n°, recommandé, à M. Urtel.

|2| La brochure de VinsonLa langue basque, son état actuel.. etc.. est un tirage à part du Bulletin de la Soc. des Sci., Lett. et Arts de Bayonne: elle a 60 pages: je ne doute pas que vous ne receviez bientôt un exemplaire complet de ce travail pour remplacer le spécimen défectueux qui vous a été envoyé.

Je me trouvais à Saint-Sébastien les 24 et 25 nov. pour assister à des séances de l’Acad. basq. Urquijo (qui vient de perdre son beau-père; le fameux carliste Tirso de Olazabal1) m’a remis des épreuves de votre article, fort intéressant, Heimisches und fremdes Sprachgut. Il les avait déjà corrigées, mais je les ai revues et viens de les renvoyer á S. Sébastien, d’où l’on vous en expédiera bientôt (ci-joint, en attendant, votre manuscrit.) Me permettez-vous quelques menues remarques, à côté de ce que vous dites?

a) outre ze(r) oren da? et ze(r) ordu da? j’ai entendu – mais il me serait difficile de préciser où cela se dit, zenbat orenak dira? A St Palais et dans le Pays de Mixe en général, on dit: ze tenore da?

|3| b) Le parallélisme de bor(t)z = bost et ber(t)ze = beste m’a toujours frappé. L’étymologie prouve que bertze est antérieur à beste: peut-on en conclure que bo(r)tz est antérieur à bost ? – Azkue a raison, à l’article borz, de dire que ce mot signifie aussi beaucoup. Je l’ai entendu souvent dans ce sens-là, que ce mot a aussi dans la strophe suivante, tout entière si intéressante au point de vue linguistique:

Kalla khantuz ogi petik uztaril – agorriletan:

Maitiaganik etcherakuan enzun izan dut bortzetan,

Amodiuak bainerabilkan haren athe – leihoetan.2

c) à propos d’«aulne» et de «peuplier», voici ce que j’ai trouvé dans les mss. de Bonaparte:

aulnepeuplier
--
altz (aezc., haut-nav mér. d’Elcano) alz (Salaz.)chipu (aezcoan)*)
(rien de bien nouveau)chopo (salaz., roncal.)
chipo (haut-nav. mér. d`Elcano)
makal (guip.)
zumar (bisc.)
zur –churi (lab.)
zuhar (b. nav.)
publiertze (souletin)

|4| d) dans un exemplaire considérablement annoté et corrigé de son Dictionnaire que je dois à l’amabilité de sa veuve, van Eys a ajouté à emparatu ce qui suit: «Empara, emparatu, bn. sauver, du prov. amparar. Empara eçac eure burua. T. Roch.3 Marc, XV. 30. Matth. XXVII. 40. 42»

                                                           ----------

A la dernière séance de l’Acad. basq., dont je suis bibliothècaire, on m’a chargé d’acheter 8 exemplaires de Leiçarragas baskische Bücher von 1571 (2 pour la Bibliothèque et 6 pour des membres de l’Académie qui ne possédaient pas encore ce volume): mais à qui dois-je m’adresser? à Trübner ( Strasbourg) ou à un libraire?

                                                           ----------

Au sujet de l’inscription ibérienne en caractères grecs dont vous me parliez dans une lettre précédente, je ne sais rien de plus que ce que m’en a dit Urquijo, lequel vous a écrit sur cette question. Mais je vous serais infiniment obligé si, un jour que vous aurez un petit moment, vous vouliez bien répondre un petit mot aux questions ci-après, suggérées par la lecture de Die iberische Dekl.:

1° Comment expliquez-vous |5| l’opposition apparente entre la toponymie et l’onomastique ibériennes, si souvent transparentes à la lumière du basque d’une part, et les inscriptions dont on n’arrive à identifier aucun mot d’autre part? Peut-on établir que les inscriptions sont bien de la langue à laquelle appartiennent ou remontent les noms inscrits sur les monnaies?

2° De quelles régions de l’ Espagne proviennent les inscriptions qui ne sont pas lusitanes ou généralement occidentales?

En vous remerciant par avance, je vous prie, mon cher Maître, de me croire votre bien respectueusement dévoué

G. Lacombe

*) Azk. donne ts̃ipu (H. Nav. Guip. d’Alsasua, avec les sens de «tremble» [)]


1 Irun, 1842 – San Juan de Luz, 1921.

2 Recogido en Douze Chansons amoureuses du Pays Basque Français. Recueillies et harmonisées par C. Bordes […] Textes basques révisées et traduits littéralement par M. Le Docteur Larrieu. Paris: Rouart, Lerolle & Cie, 1910.

3 El de Leizarraga, 1571.

Faksimiles: Universitätsbibliothek Graz Abteilung für Sondersammlungen, Creative commons CC BY-NC https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ (Sig. 06061)