Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (274-06001)

von Georges Lacombe

an Hugo Schuchardt

Paris

03. 09. 1912

language Französisch

Schlagwörter: Revue des Langues Romaneslanguage Baskisch Uhlenbeck, Christian Cornelius Darricarrère, Jean Baptiste Urquijo Ybarra, Julio de Reinisch, Leo Charencey, Hyacinthe de Karras, Ehrhardt Protat, L.

Zitiervorschlag: Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (274-06001). Paris, 03. 09. 1912. Hrsg. von Katrin Purgay (2017). In: Bernhard Hurch (Hrsg.): Hugo Schuchardt Archiv. Online unter https://gams.uni-graz.at/o:hsa.letter.5675, abgerufen am 01. 02. 2023. Handle: hdl.handle.net/ 11471/518.10.1.5675.


|1|

Paris, le 3 septembre 1912

Monsieur et cher Maître,

Je vous remercie de votre aimable et intéressante lettre, dont la lecture m’a fait beaucoup de plaisir. J’ai reçu aussi le tirage à part des comptes-rendus d’Uhlenbeck et vous en remercie également.

Darricarrère a répondu à ma question au sujet de *kiri. Il me dit que *kíri «papillon de nuit» doit être usité en Basse-Navarre, «mais il se peut que l’expression actuelle soit quelque peu différente. » C’est presque un aveu! Et plus que jamais il faut, n’est ce pas? lire krisailu.

C’est avec joie que j’ai appris que vous aviez adressé à J. de Urquijo un premier article qui sert d’introduction à |2| vos parallèles basco-africains. J. de Urquijo est enchanté aussi et l’article est sous presse. C’est un grand honneur pour notre revue d’insérer cette série d’articles, ainsi que les dialogues d’Etcheberry. – A propos de vos parallèles, j’ai retrouvé dans mes notes les rapprochements qu’Antoine d’Abbadie a faits dans l’introduction de son Dict. de la langue amarĩñña entre cet idiome et le basque, mais je ne saurais dire quelle est leur valeur.

Le 80e anniversaire de M. Reinisch m’a fait souvenir que c’est cette année aussi que M. de Charencey a accompli ou accomplira sa 80e année. Mais je crois bien que cela passera inaperçu dans le monde scientifique. Pourtant M. de Charencey, qui est l’homme le plus aimable que je connaisse, a écrit depuis une |3| soixantaine d’années sur bien des langues. Mais quelle méthode, et que d’à peu près! Justement, je parcourais tout récemment l’une des innombrables brochures que j’ai de lui: il vous y appelle M. Schukard et cite une opinion que vous auriez émise dans la Revue des langues romanes! Ailleurs, il parle du P. de Fito!1

J’ai reçu quelques épreuves de Karras: elles sont très supérieures à celles de Protat. Le n° 1 de 1913 avance, ce qui fait qu’il pourra paraître, espérons-le, avec le n° 4 de 1912 et il est probable qu’alors notre retard n’existera plus. La revue commençant à être connue et estimée, il importe qu’elle paraisse exactement, au moins à quelques jours près.

Veuillez agréer, Monsieur |4| et cher Maître, l’assurance de mes sentiments très respectueux et dévoués

G. Lacombe

P.S. – H. Poincaré avait subi, paraît-il, avec succès, une opération à la prostate. Et il serait mort d’une embolie malencontreusement survenue peu après.


1 Fidel Fita Colomé (Arenys de Mar, 31 de diciembre de 1835 – Madrid, 13 de enero de 1918), arqueólogo, epigrafista, filólogo e historiador español [wikipedia].

Faksimiles: Universitätsbibliothek Graz Abteilung für Sondersammlungen, Creative commons CC BY-NC https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ (Sig. 06001)