Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (244-05984)

von Georges Lacombe

an Hugo Schuchardt

Paris

10. 05. 1912

language Französisch

Schlagwörter: Bonaparte, Louis Lucien Urquijo Ybarra, Julio de Protat, L. Saroïhandy, Jean-Joseph Uhlenbeck, Christian Cornelius Hiriart, Cyrille Léon Azkue y Aberasturi, Resurrección María de Schuchardt, Hugo (1912) Schuchardt, Hugo (1912)

Zitiervorschlag: Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (244-05984). Paris, 10. 05. 1912. Hrsg. von Katrin Purgay (2017). In: Bernhard Hurch (Hrsg.): Hugo Schuchardt Archiv. Online unter https://gams.uni-graz.at/o:hsa.letter.5410, abgerufen am 03. 02. 2023. Handle: hdl.handle.net/ 11471/518.10.1.5410.


|1|

Paris, le 10 mai 1912

Monsieur et cher Maître,

J’ai reçu avec plaisir votre nouvel article qui certainement passera avec les deux autres dans le 3. J’ai eu beau fouiller dans mes copies des mss. de Bonap., je n’ai pas trouvé trace de ce ganzua ni de gakobil. – Il serait à souhaiter, en effet, que nous eussions une petite partie de la revue rédigée en petites lettres (comme dans la Romania): j’en ai souvent parlé à Urquijo, mais nous ne sommes pas suffisamment organisés encore, paraît-il, pour cela.

Protat m’a écrit qu’il venait de vous envoyer vos épreuves. Auriez-vous l’amabilité de m’en renvoyer une à moi-même? Je la transmettrai à Protat dans les 24 heures qui suivront sa réception. Cela, parce que je serais très désireux de prendre connaissance de votre étude sur tšingurri, qui ne paraîtra guère avec le fascicule 2 que dans deux mois au plus tôt, J. de Urquijo ne s’occupant guère de la revue en ce moment-ci pour cause de voyage.

|2| M. Saroïhandy (Basque de nom seulement) croit avoir découvert que certaines particularités phonétiques de divers parlers pyrénéens ne s’expliquent que par une influence basque: il compte avant la fin de l’année publier les résultats de ses recherches. Je lui ai adressé la phonétique d’ Uhlenbeck et j’attire son attention sur plusieurs de vos travaux qu’il peut, habitant Mont-de-Marsan (joli trou!), ignorer, mais dont la lecture lui rendra des services.

Mon ami P. Hiriart, avocat à Bayonne et descendant plus ou moins direct de l’auteur de l’Introd. à la lang. franç. et à la lang. basq.1 m’a communiqué quelques lettres d’un dictionnaire basque, qui est resté manuscrit, qui contient, m’assure-t-il, 38.000 mots, et dont l’auteur est sans doute le susdit parent. J’ai trouvé là pas mal de mots ignorés d’Azkue, et les termes romano-basques pullulent.

Malheureusement, c’est un simple lexique: |3| pas d’exemples, pas de citations d’auteurs!

N’étant pas hispanisant, je puis me tromper lourdement, mais il me semble que zanahoria, carotte, a l’air assez basque. Dans la région lyonnaise, il paraît que l’on dit pour carotte «racine jaune». Mais je n’ose insister: j’ai fait ce rapprochement tout à fait à l’aventure.

Veuillez agréer, Monsieur et cher Maître, l’assurance de mes sentiments très respectueux et dévoués

G. Lacombe


1 Verfasst von A. Hiriart 1840.

Faksimiles: Universitätsbibliothek Graz Abteilung für Sondersammlungen, Creative commons CC BY-NC https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ (Sig. 05984)