Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (230-05979)

von Georges Lacombe

an Hugo Schuchardt

Paris

28. 03. 1912

language Französisch

Schlagwörter: Darricarrère, Jean Baptiste Bonaparte, Louis Lucien Vinson, Julien Gavel, Henri Schuchardt, Hugo (1909) Schuchardt, Hugo (1893)

Zitiervorschlag: Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (230-05979). Paris, 28. 03. 1912. Hrsg. von Katrin Purgay (2017). In: Bernhard Hurch (Hrsg.): Hugo Schuchardt Archiv. Online unter https://gams.uni-graz.at/o:hsa.letter.5396, abgerufen am 03. 02. 2023. Handle: hdl.handle.net/ 11471/518.10.1.5396.


|1|

Paris, le 28 mars 1912

Monsieur et cher Maître,

Je vous remercie beaucoup pour votre très aimable envoi (J’ai en tirage à part Iberis. Person.).1 Votre brochure concernant une question importante de linguistique générale m’a vivement intéressé et je compte bien la relire à tête reposée: Atharratzeko hiria, Donaphaleuko hiria etc. se disent malheureusement beaucoup, mais on dit aussi Atharratze hiria, Donaphaleu hiria. Aux Aldudes, l’été dernier, je fis remarquer à l’abbé Iriart que dans une chanson qu’il avait composée en l’honneur de Jeanne d’Arc Reimseko hirian pouvait être avantageusement remplacé par Reims deithu hirian et il me donna raison. Ce que je déplore aussi (mais la langue évolue!) c’est d’entendre dire sans cesse Bayonako niz, Camboko etc., au lieu de -tar ou -tarra. A signaler le |2| curieux nungotarra: Nungotarrazira? Bayonakuaniz.

Eh oui! Darricarrère recommence: mais, cette fois, ira-t-il seulement jusqu’à artzi? C’est douteux! car c’est les fonds qui manquent le plus.

Je reçois à l’instant une épreuve de erraintzac... C’est bien, n’est-ce pas, jan zak (bisyllabique) et non pas jan ezak que l’on dit aujourd’hui en mixain. J’attends d’un moment à l’autre la liste que doit m’envoyer M. Primoréna.

Il n’est pas besoin de vous dire longuement que je ne suis pour rien dans le Sprichwörten de la couverture et de la table des matières, car oncques ne vis la |3| moindre épreuve.

Vous avez pu lire le mémoire de Léon. Mais c’est de la pure dialectique, et puis l’auteur ne connaît bien que Bonaparte (dans un ou deux de ses écrits), la grammaire de Campion et un ou deux articles de Vinson. Je l’ai aiguillé vers vos Bask. Stud. I. Je crois que Gavel fera mieux en linguistique basque.

Veuillez agréer, Monsieur et cher Maître, l’expression de mes sentiments très respectueusement dévoués

G. Lacombe


1 Iberische Personennamen, 1909.

Faksimiles: Universitätsbibliothek Graz Abteilung für Sondersammlungen, Creative commons CC BY-NC https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ (Sig. 05979)