Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (216-05969)

von Georges Lacombe

an Hugo Schuchardt

Paris

02. 03. 1912

language Französisch

Schlagwörter: Petermanns Geographische Mitteilungen Urquijo Ybarra, Julio de Protat, L. Bonaparte, Louis Lucien Uhlenbeck, Christian Cornelius Havet, Louis Aranzadi y Unamuno, Telesforo de Stempf, Victor Nyrop, Kristoffer (1899–1930)

Zitiervorschlag: Georges Lacombe an Hugo Schuchardt (216-05969). Paris, 02. 03. 1912. Hrsg. von Katrin Purgay (2017). In: Bernhard Hurch (Hrsg.): Hugo Schuchardt Archiv. Online unter https://gams.uni-graz.at/o:hsa.letter.5381, abgerufen am 31. 01. 2023. Handle: hdl.handle.net/ 11471/518.10.1.5381.


|1|

Paris, le 2 mars 1912

Monsieur et cher Maître,

Au reçu de votre carte, j’ai écrit à J. de Urquijo pour insister sur l’urgence de la rapide apparition des Separata: il est en effet préférable à tous les points de vue qu’ils vous soient livrés toujours le plus tôt possible. – Pour ce qui est de la correction de vos articles, je crois qu’il n’y a aucun incovénient à ce que j’en voie les premières épreuves pour débrouiller ce que les hommes de Protat sont incapables de démêler, et ensuite (je parle des épreuves et non de votre ms., qui est toujours très supérieur comme lisibilité à l’immense majorité des ms. des autres auteurs) –, et ensuite qu’il importe que ce soit vous seul (excusez cette syntaxe) qui revoyiez les épreuves suivantes. C’est bien cela, n’est-ce pas?

|2| Je voudrais joindre quelques menues remarques à celles que Bonaparte a jointes à sa liste des mots signifiant tonnerre. Je ne pense donc pas que mon article puisse passer avant le 2 de 1912. Le mot ortzi est bien le même que ortz, orz, olz, oz, n’est-ce pas? A-t-on d’autres exemples de l’amincissement de la voyelle finale i dans des cas semblables? Uhlenbeck n’en cite pas! Le sens primitif n’est-il pas dieu, ou plutôt ciel et p. extension tonnerre. Si ortz(i) signifie ciel, puis Dieu, n’y a-t-il pas là un rapprochement curieux avec l’indo-européen? Et *deiwos (devas, dëvas, deiws, deus etc.) n’est il pas aussi le céleste, càd. Dieu? Quant à Jaungoikoa, ne semble-t-il pas que «le seigneur lune» soit ipso facto à rejeter comme traduction?

|3| Auriez-vous, Monsieur et cher Maître, l’amabilité de me faire savoir s’il existe un bon traité de philologie, récent et précis, en Allemagne? Pour la linguistique j’ai à peu près ce qu’il me faut, mais je n’ai encore rien pu trouver de sérieux pour m’aider à débrouiller un texte, car Havet et S. Reinach se placent trop au point de vue des textes classiques.

Je ne connais pas l’article de Aranzadi des Mitth. de Petermann1 dont vous me parlez.

Voici quelque chose qui a quelque importance:

Je furetais ce matin parmi des imprimés et manuscrits divers acquis au cours d’une rafle que de Urquijo et moi fîmes il y a quelques années à Bordeaux |4| dans la Bibliothèque de Stempf. Et j’ai retrouvé un exemplaire de sa traduction de Dechepare, que j’avais un peu oublié, et qui est surchargé de notes au crayon ou à l’encre rouge de la main de Stempf. Ces corrections, qui ne sont pas datées, concernent surtout les verbes, que Stempf s’est efforcé de traduire passivement. Mais de temps à autre l’expression allemande a été améliorée ou simplet changée. Vaut-il la peine que je publie, avec leur nouvelle traduction, les phrases que vous avez commentées dans les Dechepareana? Je pourrais alors envoyer mon article en double et en même temps à J. de Urquijo et à vous, et il vous serait alors loisible, si vous le jugiez opportun, de composer |5| des Dechep. II, ou bien, plus simplement, de joindre quelques lignes à mon article, en P.S. Voici, pris au hasard, 3 exemples des corrections de Stempf:

5,12 au lieu de:

Der Höchste hätte anzusprechen, dass wir ein Gleiches leisten

Stempf a mis

Vom Höchsten würde es nöthig gehabt, dass von uns ein Gleiches gelte

8,2 au lieu de:

Herr, gebet (sie) uns (mir) Euere Heiligen in Gnaden zu Hilfe

nous avons:

Herr, von Euch seien uns Eure Heiligen in Gnaden zu Hilfe gegeben

25,1

au lieu de:

|6| Eine Liebe wünschte ich, die ich wirklich erstrebe,

nous avons:

Eine Liebe wünschte ich, die von mir wirklich gehabt wird.

Il va sans dire, d’ailleurs, que je tiens à votre entière disposition le volume annoté de Stempf.

Veuillez, Monsieur et cher Maître, me croire votre très respectueusement dévoué

G. Lacombe

P.S. Vont paraître incessamment:

a) Le tome IV de la Gr. hist. de la lang. fr. de Nyrop2

b) La 3e édition, revue, de l’Intr. à l’Et. comp. des lang. indo-|7|eur. de Meillet.3

J’ai trouvé récemment: Amaya, ó Los Vascos en el Siglo VIII, novela histórica por D. F. Navarro Villoslada, Granada y Madrid (1879) 3 vol. Pas fameux!


1 August Petermann; Geograph und Kartograph, Gründer der Zeitschrift " Petermanns Geographische Mitteilungen".

2 Kristoffer Nyrop; Autor von "Grammaire historique de la langue française", Band 4 beschäftigt sich mit Semantik.

3 Antoine Meillet; " Introduction à l’étude comparative des langues indo-européenes ".

Faksimiles: Universitätsbibliothek Graz Abteilung für Sondersammlungen, Creative commons CC BY-NC https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ (Sig. 05969)