Jules Gilliéron an Hugo Schuchardt (2-3757)

von Jules Gilliéron

an Hugo Schuchardt

Levallois-Perret

05. 05. 1905

language Französisch

Zitiervorschlag: Jules Gilliéron an Hugo Schuchardt (2-3757). Levallois-Perret, 05. 05. 1905. Hrsg. von Luca Melchior (2016). In: Bernhard Hurch (Hrsg.): Hugo Schuchardt Archiv. Online unter https://gams.uni-graz.at/o:hsa.letter.4696, abgerufen am 30. 01. 2023. Handle: hdl.handle.net/ 11471/518.10.1.4696.


|1|

Levallois, le 5 mai 1905

Monsieur

En rentrant de Suisse, je trouve ici votre magnifique publication.1 Je vous en remercie de tout cœur. Je vais l’étudier bien consciencieusement. Je vois que vous y parlez de notre atlas avec la plus grande bienveillance ; j’en suis fort touché.2

D’ici peu je vais faire paraître avec un de mes élèves une étude sur scier dans le midi de la France (avec 5 cartes).3 Je crois que cette étude de géographie ou de géologie linguistique vous intéressera. J’aurais en tout cas grand plaisir à ce que vous la lisiez. Vous serez le premier à le recevoir.

Agréez, Monsieur, mes Remerciements les plus sincères avec mes sentiments les plus respectueux
J. Gilliéron

|2|

1 Schuchardt (1905a). Dans les cinq premières pages d'un cahier conservé chez le fonds Schuchardt de l'université de Graz ("Werkmanuskripte" nr. 17.1.2.7), sont notés tous les destinataires, dans les différents pays européens, auxquels fut envoyée cette publication ("Abgesendet"). La liste des destinataires français (bien connus comme Frédéric Mistral à Maillane, Grammont à Montpellier, Paul Sébillot, José Rufino Cuervo, Victor Henry, Paul Meyer, Antoine Thomas et Michel Bréal à Paris, ou inconnus comme Henri François Gelin à Niost (Saint-Jean-de-Niost?)) se trouve sur/à la quatrième page du cahier; à coté de cette liste on lit la note "Gilliéron wird von mir aus besorgt".

2 Cf. Schuchardt (1905a : 1-2): "Die Frage: was bedeutet dieses Wort? ist ja nicht ursprünglicher und nicht berechtigter als die: wie heißt dieses Ding? Darum bildet es einen besondern Vorzug des bewundernswerten französischen Sprachatlas von Gilliéron und Edmont daß für jede Karte die Gleichheit der Bedeutung zu Grunde gelegt ist: damit wird nicht nur der romanischen, sondern aller Sprachwissenschaft gedient. Die Umschließungslinien der verschiedenen Wörter wie der Wortvarianten spielen keine Nebenrolle bei der Beantwortung der Frage wie und ob überhaupt mundartliche Grenzen zu ziehen sind". Cf. aussi la lettre du 13 novembre 1905 et les notes relatives.

3 Il s'agit de Gilliéron & Mongin (1905) , une des plus importantes études de la première phase de la géographie linguistique, dans laquelle on trouve quelques-uns des principes fondamentaux de cette nouvelle méthodologie en recherche linguistique. Parmi les autres, on peut citer la thèse selon laquelle les innovations lexicales sont le résultat de la réaction des locuteurs à l'homophonie et à la polysémie, et que les innovations provoquent des déséquilibres dans les familles sémantiques dans lesquelles on voit les résultats de la stratification des innovations mêmes et donc le caractère dynamique de toute langue etc. (cf. Grassi 2001  : 210-213).

Faksimiles: Universitätsbibliothek Graz Abteilung für Sondersammlungen, Creative commons CC BY-NC https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ (Sig. 3757)