Edward Spencer Dodgson an Hugo Schuchardt (149-02529)

von Edward Spencer Dodgson

an Hugo Schuchardt

Toledo

11. 10. 1894

language Französisch

Schlagwörter: Gröber, Gustav Thomas, Thomas Llewellyn Fita y Colomer, Fidel Borja Queipo de Llano y Gayoso de los Cobos, Francisco de Menéndez Pelayo, Marcelino Vinson, Julien

Zitiervorschlag: Edward Spencer Dodgson an Hugo Schuchardt (149-02529). Toledo, 11. 10. 1894. Hrsg. von Bernhard Hurch (2015). In: Bernhard Hurch (Hrsg.): Hugo Schuchardt Archiv. Online unter https://gams.uni-graz.at/o:hsa.letter.3503, abgerufen am 30. 01. 2023. Handle: hdl.handle.net/ 11471/518.10.1.3503.


|1|

Hotel Lino, Toledo. 11th October 1894.

Cher Mr. le Professeur H. Schuchardt,

je vous prie de me faire l’honneur de traduire mon article sur D’Urte dans l’édition Thomasienne. Ajoutez de grâce vos comments. Envoyez moi l’épreuve. J’ai quelque chose à ajouter. Vous savez combien j’ai le Basque au coeur depuis 7 ans. Votre carte annonçant la cruauté de Mr Gustave Gröber m’a fait beaucoup souffrir – MrThomas me dit que le catalogue de la Bibliothèque du Prince lui parait très mal fait. Envoyez lui donc ma traduction de votre article et ce serait un plaisir pour lui de la faire publier par son ami le Rédacteur de l’Académie. J’ai entendu hier le sermon du Révd. Père Fidel Fita en honneur de St. François Borja. J’avais attendu quelque chose de mieux. C’était dans la petite église de Jésus, Plaza de Jésus, près la calle de San Agustino – Je connais des parents du dit Saint qui habitent Portel près Cuba en Alemtejo. |2| Je ne comprends pas le double datif que vous voyez dans le verbe Basque. Je l’ignore. Avez vous lu la partie de la grammaire de Zavala qui traite des lettres euphoniques? C’est très bien exprimée et raisonnée. J’ai entendu deux des prélections de Menendez y Pelayo – il m’a dit que les Basques ont tort en pensant que leur patronymique en ez soit Basque. Qu’en dites vous? – Pourquoi votre Académie n’a t-elle pas accusé réception de l’exemplaire de mon Capanaga que je lui ai transmis par votre aimable intermédiaire? Mon ami Mr E. Frin, qui va passer quelques années parmi les Basques d’Amérique, m’a donné la première édition du livre d’Erro* ) (Madrid 1806). Il a acheté par mes conseils chez P. Vindel, librero 9 calle del Prado, l’apologia d’Astarloa |3| 1806 (Ces deux auteurs se trompent dans leurs théories imaginaires sur la valeur des lettres isolées.) Et la 1e édition de la grammaire de Larramendi. Ce libraire a un bel exemplaire de la 1e édition du premier Dictionnaire Basque. Il demande 100 pesetas, pour la reliure principalement. Si j’avais 70 p je crois qu’il les accepterait, et certes je lui offrirais autant. Il a aussi un livre important omis par Vinson, Hervás sur les langues d’Europe où le 5e tome contient un grand vocabulaire Basque – (Madrid 1808) – J’ai lu dans une Revue de Barcelone que j’ai trouvée dans la Bibliothèque de la Royale Académie de l’Histoire (Calle de Leon) le vocabulaire Basque d’Araquistain qu’a publié le Père Fita. Vinson l’a omis – Si à |4| Barcelone ou ailleurs je trouve deux exemplaires du volume je vous en enverrai un si mes fonds me le permettent. Vous auriez plus si j’avais plus – Mon adresse sera jusqu’au 24 au moins Lista de Correos, Sevilla (Señor E. S. Dodgson). Ecrivez par le prochain courrier à M r. G. Gröber si vous voulez traduire mon article. J’ai entendu Dimanche dernier le sermon du nouvel évêque (si les Anglicans sont des évêques) dans la chapelle de la Rue de la Beneficencia. Le protestantisme sent mal en Castillan. La Bible n’est pas Protestante – Mais l’Eglise Romaine a tort en craignant les traductions – Je ne vois pas la nécessité d’une liturgie dans une langue moderne, mais du moins des hymnes et des prières répétées par toute la chambrée dans la langue du pays seraient une attraction – J’irai ici à la messe mosarabique – Votre bien obligé

E. S. Dodgson.

*) Harriet, d’Haltsou a connu cet auteur.

|1|1 Je regarde le Seigneur Jésus comme le type de l’homme innocent – Alors pourquoi vous ai je offensé en exprimant la pensée que vous croyez en Lui. Qui est Dieu si ce n’est Lui ?2 Sans Dieu quelle consolation en mourant ? Les hommes me font plus de peur.

|2|3 I am glad that languages were not made by German professors. I think you however might try to find the philosophers tone or universal speech.

|3|4 J’ai lu à la Bibl: Nacional l’édition de 1760 de Perochegui (en Vinson) – Les pages 99 et 100 contiennent des morceaux en Basque que j’ai copiés. Bien de ses étymologies sont fausses. D’autres ont été souvent répétées.


1 Randnotiz auf der linken Seite.

2 Fortsetzung am oberen Rand.

3 Randnotiz auf der linken Seite.

4 Randnotiz auf der linken Seite.

Faksimiles: Universitätsbibliothek Graz Abteilung für Sondersammlungen, Creative commons CC BY-NC https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ (Sig. 02529)