Wentworth Webster an Hugo Schuchardt (25-012665)

von Wentworth Webster

an Hugo Schuchardt

Sare

02. 07. 1890

language Französisch

Schlagwörter: Euskara (Organ für die Interessen der "Baskischen Gesellschaft") Universität Praglanguage Baskischlanguage Spanisch Etcheverry, Auguste Bonaparte, Louis Lucien Eys, Willem Jan van Dodgson, Edward Spencer Clarke, Henry Butler Cornu, Julius D´Ovidio, Francesco Webster, Thekla Schuchardt, Malvine Sare Saint-Jean-de-Luz Madrid England Frankreich Spanien Paris Schuchardt, Hugo (1890) Vinson, Julien (1891–1898) Bonaparte, Louis Lucien (1889) Bonaparte, Louis Lucien (1889) van Eys, Willem J. (1889) Clarke, Henry Butler (1891) Bello, Andrés (1891) Pujol y Camps, Celestino ([o. J.])

Zitiervorschlag: Wentworth Webster an Hugo Schuchardt (25-012665). Sare, 02. 07. 1890. Hrsg. von Bernhard Hurch und Patricio Urkizu (2022). In: Bernhard Hurch (Hrsg.): Hugo Schuchardt Archiv. Online unter https://gams.uni-graz.at/o:hsa.letter.10735, abgerufen am 01. 10. 2023. Handle: hdl.handle.net/11471/518.10.1.10735.


|1|

Sare
par St Jean de Luz
Basses Pyrénées
2 Juillet 1890

Mon cher Professeur,

J’ai lu avec le plus grand plaisir les “Begrüssen Reinhold Köhler vier Grazer Freunde.”1 Je vous en remercie vivement. Je ne connaissais pas le conte Basque que vous appris de notre ami le chanoine Adéma. Il me semble qu’une fois Auguste2 m’a raconté quelque chose de semblable, mais pas d’un chien: - mais comme je ne l’ai mis en écriture, et que la mémoire me fait défaut, je ne puis pas me le rappeller; mais je crois que l’animal léguait sa peau pour quelque usage drolatique.

Mais ce qui me donne le plus de plaisir est de voir que vous avez regagné la santé et la gaieté, que vous êtes encore en train, et j’espère que vous travaillerez avec plaisir et avec votre ancien ardeur.

|2| J’ai très peu de nouvelles de vous donner sur les choses basques, en la vie littéraire. Nous avons passé un triste hiver et printemps avec l’influenza et ses suites. Auguste Echeverri est une grande perte.3 M. le Curé est en baisse aussi. Il n’y a plus personne à Sare pour parler des choses du pays, et de la langue.

Je vois les épreuves de la Bibliographie Basque de M. Vinson.4 L’ouvrage sera très complet, presque trop, car il y fait l’énumération de toutes les éditions, même modernes. Mais il y a aussi une foule de details intérressants sur les auteurs et leurs ouvrages. Je ne crois pas qu'il peut paraître qu’à la fin de l’automne. Je n’ai pas vu les derniers nos de l’Euskara. On me dit qu’il y a de polémique assez vif entre Prince L. L. Bonaparte et Van Eys, et quelques eccentricités de Dodgson.5

Mon ancien Elève, M. Clarke, a passé quattre mois à Madrid travaillant à sa grammaire.6|3| Il m’a montré la partie du syntaxe. C’est presque trop travaillée; mais il s’en inquiète encore.

Il me prie de vous demander si vous pourrez lui dire où il pourrait s’addresser pour obtenir les deux grammaires Espagnoles dont vous m’avez parlé dans votre lettre du 10 juillet / 89. Il les a demandés partout sans succés; à tous les libraires en Angleterre, et à plusieurs en France, et en Allemagne. Ce sont les grammaires de M. Jules Cornu, Professeur à l’Université de Prague et de M. Francesco d’Ovidio, Professeur à Naples. Il ne se soucie trop du prix, mais il tient beaucoup à les avoir, et vite. En Angleterre a paru une mince Grammaire Espagnole The Spanish Language dans le Série de Trübner’s Simplified Grammars, quoique le plan et les premiers pages sont assez bons, il y a des fautes enormes dans le corps de l’ouvrage. Je ne comprends pas comment le Rédacteur de la Série pourrait laisser passer un tel ouvrage. On parle beaucoup |4| en Espagne d’une grammaire par Andrés Bello qui doit paraître sous peu à Paris; mais on ne se fie pas aux Espagnols d’avance.

Mes deux filles et une amie sont, je crois, quelque part dans la Soule, ou dans la Vallée d’Aspe. Elles sont parties il y a quinze jours pour Tardetz, pour y faire une promenade en tous les villages, et de visiter Larrau, S. Engrace, Lescun, Bidous, Osse, etc. Je leur ai donner charge de m’apporter toutes les pastorales, de copier toutes inscriptions, et les titres des vieux livres, de faire collection de toutes les contes, chansons etc. qu’elles puissent rencontrer; mais je ne m’attends pas à une grande recolte; si elles en rapportent un brin d’herbe seulement j’en serai content.

Avez vous repris vos travaux sur le Basque? Je l’espère. Dans le Boletin de la Real Academia de la Historia pour le mois d’Avril, il y avait un article important par S. Pujol y Camps.7 Il y donne l’épigraphie numismatique Ibérienne coordonnée selon les Alphabets et les régions. Quand est-ce que nous en aurons l’interpretation?

M de Webster se trouve, comme toujours, bien, et les enfants aussi. Comment êtes vous, et Mde de votre mère? Aujourd’hui même8 je croi, l’ainé des Elissagues (les Mexicains) qui d’avocat c’est fait huissier à St Jean de Luz se marie à une Mdle Diez de S. Jean de Luz.

M. Goyetche9 a l’air toujours plus faible. Je n’ai pas été à Sare que deux ou trois fois les derniers six mois, et voilà toutes les nouvelles que peux vous en donner.

Toujours votre devoué avec remerciments
Wentworth Webster


1 Schuchardt (1890), Brevier/Archiv Nr. 231. In seinem Beitrag zur Festgabe an Reinhold Köhler bespricht Schuchardt ein baskisches Lied aus Sara "Churiko Mehetigiko chakhurra“ von Adéma.

2 Auguste Echeverry.

3 Auguste Echeverry.

4 Vinson (1891) wird im Folgejahr erscheinen.

5 Vgl. L.-L.-Bonaparte (1889a) Notes sur certaines assertions de M. van Eys concernant la langue basque. Euskara 3. Jg., Nr. 6: 47 und ders. (1889b) Nouvelles Notes sur des nouvelles assertions de M. van Eys concernant la langue basque. Euskara 3. Jg., Nr. 7: 51-52, darauf antwortet Van Eys (1889) Corrections des ‘Notes’ du Prince L.-L. Bonaparte dans le No. 6 de l'Euskara. Euskara 3. Jg., Nr. 7: 52-53. Die eccentricités von Dodgson beziehen sich wahrscheinlich auf die Briefe von Schuchardt, die Dodgson im gleichen Heft veröffentlicht.

6 Diese wird 1891 erscheinen; vgl. Fußnote zu Brief 12661.

7 Pujol y Camps (1890).

8 Die Fortsetzung des Briefes findet sich im oberen Teil von S. 1, quer geschrieben.

9 Ehemaliger Bürgermeister von Sara, in dessen Haus Schuchardt während seines Aufenthaltes 1887 in Sara gewohnt hat.

Faksimiles: Universitätsbibliothek Graz Abteilung für Sondersammlungen, Creative commons CC BY-NC https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ (Sig. 012665)