Zitiervorschlag: Armand de Boisbeleau de La Chapelle (Hrsg.): "Article XXIX.", in: Le Philosophe nouvelliste, Vol.2\029 (1735), S. 316-319, ediert in: Ertler, Klaus-Dieter / Fischer, Michaela (Hrsg.): Die "Spectators" im internationalen Kontext. Digitale Edition, Graz 2011- . hdl.handle.net/11471/513.20.5072 [aufgerufen am: ].


Ebene 1►

Article XXIX.

Du Samedi 3. au Mardi 6. Sept. 1709.

Ebene 2►

Du Caffé de Guillaume, 5. Sept.

La Lettre suivante explique si bien la [317] Nature de mon Ouvrage, & en expose aussi avec tant de justesse, les fins & les Regles, qu’on ne sera pas fâché de la lire.

Ebene 3► Brief/Leserbrief► « A Mr. Biquerstaff

Monsieur,

Quoique je n’aye l’honneur ni de descendre 1 du Sang des Bâtons, ni d’appartenir à leur Famille par aucun endroit, je ne laisse pas d’applaudir à l’excellent Projet que vous ayiez formé de rendre le Bel-Esprit utile au Public.

C’est à quoi servoient, ou du moins, c’est à quoi dévoient servir les Comédies. Mais personne avant vous, que je sache, ne s’étoit avisé de transporter, pour ainsi dire la Scene dans les Maisons à Caffé, & d’y jouer, à leurs [318] yeux, des gens qui se croyoient à couvert d’en essuyer les railleries, parce qu’ils évitent avec soin la frequentation du Théatre. Ce qui se passe dans ces Caffés me divertit souvent. Ebene 4► Allgemeine Erzählung► Un bon Bourgeois lit, avec gravite, l’Article de vos Feuilles qui est daté de la Maison de Guillaume. On voit, à sa Lecture, un Homme de soixante ans, & les Lunettes au Nés, qui n’en est encore qu’à son Alphabet de Bel-Esprit. Il est environné de plusieurs autres qui ne sont pas plus avancés en ce genre, & qui l’ecoutent avec une attention merveilleuse. Mais de temps en temps ils interrompent le Lecteur par d’impertinentes questions sur le sens de ce qu’ils entendent. Il est embarrassé, il ne sait, que repondre ; il avouë enfin ingenuement qu’il n’entend pas cet endroit, & là-dessus ils sont tous l’Eloge le plus sincere de vôtre Ouvrage, en disant que puisqu’ils n’y comprennent rien il doit y avoir beaucoup de finesse. ◀Allgemeine Erzählung ◀Ebene 4

A suivre vôtre Plan, comme vous l’avez commencé, vous trouverez toujours un Champ spacieux à vous [319] exercer, & vous ne sauriez manquer de Caractères divertissans, dans une Ville où l’on ne voit presque autre chose. Je souhaiterois seulement vous faire observer que les plus grands Objets, sont ceux qui méritent le plus vôtre attention philosophique. Vous prendrez mieux mon idée, si je l’explique par l’Exemple suivant.

Ebene 4► Exemplum► Cleonte est un Homme de naissance, qui sait beaucoup, dont la Conversation est charmante, & l’Esprit fort subtil. Il parle bien. Il écrit avec élegance, & fait des Vers qui sont au-dessus du mediocre. Cependant tout cela ne sert qu’à le rendre plus poliment ridicule. Il ne se fait distinguer au-dessus de la Foule que pour devenir le jouët des Honnêtes gens. Sa Naissance le rend Altier & méprisant ; son Scavoir, decisif & pedant ; son Esprit, arrogant, & Satyrique. En lui quelques unes des meilleures qualités de l’Esprit se trouvent associées avec les plus mauvaises du Cœur. Tout le monde est charmé de sa Conversation, & Personne ne l’estime lui-même. ◀Exemplum ◀Ebene 4 Je suis Monsieur,

Vôtre affectionné donneur d’avis,

Couplet. » ◀Brief/Leserbrief ◀Ebene 3 ◀Ebene 2 ◀Ebene 1

1Voy. Tom. I. Art. XI.