Cita bibliográfica: Anonym (Ed.): "XXXVII. Discours", en: Le Spectateur ou le Socrate moderne, Vol.2\037 (1716), pp. 221-227, editado en: Ertler, Klaus-Dieter / Fischer-Pernkopf, Michaela (Ed.): Los "Spectators" en el contexto internacional. Edición digital, Graz 2011- . hdl.handle.net/11471/513.20.1560 [consultado el: ].


Nivel 1►

XXXVII. Discours

Cita/Lema► Ingenium cui sit, cui mens divinior, atque os Magna sonaturum, des nominis hujus honorem.

Hor. L. i. Sat. iv.43.

1 Honorez de ce beau Nom, celui qui joint à un genie sublime & divin, le talent de s’exprimer d’une maniére noble & majesteuse. ◀Cita/Lema

Nivel 2► Il n’y a point de titre qu’on donne plus souvent à un Ecrivain que celui de beau Genie. Je l’ai entendu apliquer à bon nombre de miserables Faiseurs de Sonnets. Nous n’avons pas un seul Barbouilleur de [222] Vers Heroïques, qui n’ait ses Admirateurs, & qui ne passe pour un grand Genie ; & à l’égard de ceux qui se mêlent d’écrire des Tragedies, à peine y a-t-il un seul Novice, qu’on n’exalte comme un Esprit sublime qui tient du Prodige.

Metatextualidad► Mon but dans ce Discours est d’examiner en gros ce qui forme un grand Genie, & de ne donner, sur un Sujet si peu commun, que des réflexions détachées. ◀Metatextualidad

Entre les grands Genies, ce petit nombre qui s’attire l’admiration de tout le monde, & qu’on peut regarder comme des Prodiges de la Nature Humaine, sont ceux qui, par la seule force de leurs talens naturels, & sans aucun secours des Arts ou des Sciences, ont produit des Ouvrages qui faisoient les Délices de leurs Contemporains & l’admiration de la Posterité. Il y a quelque chose de noble, au milieu de l’irregularité qu’on trouve dans ces grands Genies, qui est infiniment plus beau que tous ces tours & cette délicatesse que les François appelent bel Esprit, c’est-à-dire un Genie poli par la conversation, la réflexion & la lecture des Ecrivains les plus exacts. Le Genie le plus élevé, qui s’est imbu des Arts & des Sciences, en contracte je ne sai quelle teinture qui l’engage à l’Imitation, malgré qu’il en ait.

On trouve plusieurs de ces grands Genies naturels, qui ne sont point disciplinez par les regles de l’Art, entre les anciens [223] & sur tout entre ceux des Païs les plus Orientaux. Nivel 3► Exemplum► Homere a une infinité de Saillies que Virgile ne pouvoit pas atteindre, & dans les Livres de l’ancien Testament nous avons divers Passages d’un sublime beaucoup plus noble que celui d’Homere Mais si nous accordons aux Anciens un Genie plus hardi & plus élevé que celui des Modernes, il faut avoüer en même tems que les uns n’aprochoient pas, ou plutôt qu’ils étoient fort au-dessus de l’exactitude & de la délicatesse des autres. Dans les Similitudes & les Allusions, pourvû qu’il y eût quelque raport éloigné, les premiers ne se mettoient pas en peine du reste, ni de la bienseance : Ainsi le Roy Salomon compare 2 le nez ou le visage de sa Bien-aimée à la Tour du Liban, qui regarde vers Damas ; & 3 la venue de Jesus Christ, pour châtier Jerusalem ou juger le Monde, est comparée à un Larron, qui perce les Maisons de nuit. On ne finiroit pas, si l’on s’amusoit à recueillir tous les Exemples de cette nature qui se trouvent dans les Anciens : Homere nous represente un de ses Heros environné de l’Ennemi, comme un Asne qui paît dans un Champ semé d’avoine, & qui ne branle point, quoique tous les Enfans du Village soient à ses trouffes : Il en compare un autre, qui plein d’ardeur pour assouvir sa vengeance, [224] ne trouve aucun repos dans son Lit, à un morceau de viande qu’on grille sur des charbons. Ce defaut des Anciens ouvre un vaste champ à la raillerie des petits Esprits, qui peuvent se moquer d’un manque de bienséance, mais qui ne goûtent pas le Sublime de cette sorte d’Ouvrages. Le Grand Sophie de Perse qui regne aujourd’hui, entre une foule de titres pompeux qu’il se donne, à la maniere des Orientaux, prend celui du Soleil de Gloire, & de l’agréable Noix Muscade. En un mot, pour couper queuë à une Critique trop severe des Anciens à cet égard, sur-tout de ceux qui habitoient les Climats les plus chauds, & qui à cause de cela même avoient l’Imagination la plus vive, il faut savoir que ce qu’on appelle Bienséance dans une Allusion, est une Découverte moderne de nos Pays plus temperez, ou, par une délicatesse & une exactitude scrupuleuse, nous voudrions supléer à ce qui nous manque de force & de vivacité d’Esprit. Notre Compatriote 4 Shakespear étoit un Exemple bien remarquable de cette premiere sorte de grand Genie.

Je ne saurois abandonner cet Article sans ajoûter que Pindare étoit aussi un grand Genie du premier ordre, que l’impetuosité de son Feu naturel transportoit à de vastes conceptions des choses, & à de noble saillies d’Imagination. D’un au-[225]tre côté, peut-on rien voir de plus ridicule que des Hommes d’une Imagination chaste & médiocre, qui veulent imiter sa maniere d’écrire & qui nous donnent des Pièces monstrueuses, sous le beau nom d’Odes Pindariques ? Lorsque je vois des Gens qui s’avisent d’imiter des Ouvrages, qu’Horace nous représente comme singuliers en leur genre & inimitables ; lorsque je les vois suivre des irregularitez avec méthode, & que, par les petits tours de 1’Art, ils s’efforcent d’atteindre aux Saillies les plus vives de la Nature, je ne puis que leur appliquer cet endroit de Nivel 4► Cita/Lema► Terence  5 « Si vous prétendez que la Raison fixe des choses qui sont tout-à-fait inconstantes & incertaines, c’est justement vouloir allier la Folie avec la Raison. »

6 incerta haec si tu postules
Ratione certâ facere, nihilo plus agas,
Quàm si des operam, ut cum ratione insanias. ◀Cita/Lema ◀Nivel 4

Enfin un de ces Poëtes modernes comparé à Pindare approche d’une Sœur Camisarde comparée avec la Sibylle de Virgile : Les contortions, les grimaces & l’exterieur s’y trouvent ; mais il n’y a rien de cette Impulsion divine qui éleve l’Esprit au-dessus de lui-même, & lui fournit une Eloquence plus qu’humaine. ◀Exemplum ◀Nivel 3

[226] Nivel 3► Exemplum► Il y a une autre sorte de grands Génies, que je mets dans une seconde Classe, pour les distinguer des premiers, quoiqu’ils ne leur soient pas inferieurs. Ces Genies du second Ordre sont ceux qui, formez par les regles de l’Art, y ont soumis la beauté de leurs Talens naturels. Tels étoient entre les Grecs Platon & Aristote, entre les Romains Virgile & Ciceron, entre les Anglois Milton & le Chevalier François Bacon.

Allegorie► Le Genie dans ces deux Classes d’Auteurs peut être également beau, mais il paroît d’une maniere differente dans la premiere, il ressemble à un terroir fertile sous un heureux Climat, où il produit une infinité de belles Plantes qui forme des millions de Païsages charmans sans aucun ordre ou aucune symmetrie. Dans l’autre, c’est le même terroir sous le même Climat, où il a été disposé en Allées & en Parterres, & où l’adresse du Jardinier en a fait plusieurs Compartimens agréables. ◀Allegorie

Ce qu’il y a le plus à craindre à l’égard des derniers, est qu’ils ne se gênent trop par l’Imitation ; qu’ils n’aient toujours en vûë des Modéles sur lesquels ils se forment, & qu’ils ne donnent pas une pleine liberté à leurs talens naturels. L’Imitation des meilleurs Ecrivains n’aproche pas d’un bon Original, & l’on voit même qu’il y a très-peu d’Auteurs qui occupent un rang considerable dans la République des Lettres, s’ils n’ont quelque chose de par-[227]ticulier & de leur cru, soit dans les Pensées ou dans la maniere dont ils les expriment.

N’est-il pas dommage de trouver quelquefois de grands Genies, qui ne s’amusent qu’à des bagatelles ? Nivel 4► Exemplum► Un célèbre Auteur Italien nous dit qu’il avoit vû un Berger, qui se divertissoit à faire sauter des Oeufs en l’air, & à les ratraper sans en casser aucun ; & qui étoit arrivé à un si haut degré de perfection dans cet exercice, qu’il en balotoit quatre de cette maniere plusieurs minutes de suite. « Je ne croi pas, ajoûte-t-il, avoir vû de ma vie un air plus serieux que celui de cet Homme, qui, à force de s’appliquer à ce badinage, étoit devenu aussi grave qu’un Senateur ; & il y a grande apparence que la même attention assidue tournée du bon côté, l’auroit pû rendre plus habile Mathematicien qu Archimede. » ◀Exemplum ◀Nivel 4

C. ◀Exemplum ◀Nivel 3 ◀Nivel 2 ◀Nivel 1

1C’est ainsi que l’exact & judicieux Mr. Coste a traduit cet endroit dans ses Notes sur la Version de P.Tarteron.

2Cant. des Cant. Chap. vii. 4.

3Matth. xxiv. 43, 44. & i.Thess. v. 2.

4Voïez le i. Tome p. 84. &c.

5Je me sers de la Traduction de Mad. Dacier.

6Eunuch. Act. i. Sc. i. 16.