Citation: Justus Van Effen (Ed.): "LXV. Bagatelle", in: La Bagatelle, Vol.2\014 (1745), pp. 86-94, edited in: Ertler, Klaus-Dieter / Fischer-Pernkopf, Michaela (Ed.): The "Spectators" in the international context. Digital Edition, Graz 2011- . hdl.handle.net/11471/513.20.2211 [last accessed: ].


Level 1►

LXV. Bagatelle.

Du Lundi 19. Novembre 1718.

Metatextuality► Lettre à l’Auteur de la Bagatelle. ◀Metatextuality

Level 2► Level 3► Letter/Letter to the editor► Monsieur,

Metatextuality► Ne mettez point d’I capital au frontispice de la Bagatelle, pour cette fois. C’est sans ironie au moins, & avec mon plus grand sérieux, que je vai répondre aujourd’hui à la vôtre du Lundi 26. Septembre. ◀Metatextuality

Je n’ai jamais été plus surpris, que lorsque jettant les yeux sur la Lettre à l’Auteur de la Bagatelle, contenue dans les Bagatelles xxxix. & xl, je m’aperçus que c’étoit moi qui avois fait cette Piéce-là.

Je suis ravi, Monsieur, de connoître par votre Replique, que votre politesse & votre douceur naturelle ne se déconcertent pas aisément ; & que pour être Auteur & Censeur, vous n’en n’êtes pas moins Galant-homme.

J’aime votre sincérité, Monsieur ; & pour être aussi sincére que vous, je vous dirai franchement à mon tour, que votre Réponse est ingénieuse tout ce qui se peut ; mais qu’elle ne vaut absolument rien.

[87] On m’accuse, dites-vous, de tomber en contradiction avec moi-même. Accusation atroce°! comme s’il n’y avoit pas mille gens qui se mêlent de faire quantité de beaux Livres, & qui pourtant tombent plus souvent que vous dans ce défaut-là. D’ailleurs, un des priviléges annexés à votre qualité de Bagatelliste, c’est de pouvoir vous contredire impunément toutes les fois que vous en aurez envie. Cependant, afin que vous n’ayez aucun sujet de vous plaindre, voulez-vous que je vous marque un exemple de contradiction°? le voici.

Dans la xli. Bagatelle p. 234. vous dites que toute ma Lettre roule sur une seule idée, savoir que la Bagatelle est un Cahos, &c. Tournez le feuillet, il se trouve p. 236. que dans cette même Lettre je perds de vue cette unité que je prétens ne pas voir dans votre Ouvrage.

Vous avez parfaitement bien fait le systême de ma Lettre. Plût à Apollon qu’il me fût aussi aisé de faire celui de votre Bagatelle ! Je ne spécifie rien, dites-vous ; je n’entre dans aucun détail, pour faire voir que ce Systême soit mal suivi°; je ne prouve point que vous tombiez en contradiction. Eh! quelle contradiction plus palpable, que celle qui régne entre un Ouvrage & son Titre? Faut-il entrer dans le détail, pour prouver que les jolies Laidrons Parisiennes n’ont nulle liaison avec la mauvaise méthode de raisonner ; & que la Jupe de Lisette [88] n’a rien de commun avec les préventions enracinées des Hommes, qui ont usurpé chez eux toute l’autorité du raisonnement ?

Encore une fois, le plan que vous communiquez au Public, est fort ingénieux, mais il est en l’air. Si vous le voulez suivre à l’avenir, on vous en saura bon gré. On a bien trouvé chez vous, par-ci par-là, certaines choses qui s’y raportent°; mais cela n’est ni soutenu, ni suivi. Vous ressemblez, Monsieur, à un excellent Peintre, plein de feu & d’imagination, qui veut tracer un Tableau dont il à déja le dessein formé dans sa tète. A mesure qu’il travaille, d’autres images plus riantes s’offrent à son esprit, & circulent dans son cerveau ; il les exprime sur la toile, quelques coups de pinceau changent entiérement la disposition & l’économie de son Portrait. Il aura beau dire, d’autres yeux que les siens propres, n’y connoîtront jamais son premier dessein. Quand vous avez pris un nouvel engagement avec le Public, sous le nom de Bagatelle, vous croyez de bonne foi, je gage, nous donner un Commentaire Philosophique sur ces paroles de l’Ecclésiaste, Vanités des Vanités, &c. ou bien sur ce beau mot d’un Roi de Perse, qui s’écria à la vue d’un triomphe dont il faisoit le principal ornement, nugæ, nugæ ! c’est-à-dire, sotises, sotises°! ou, comme on peut encore mieux traduire, bagatelles, bagatelles°!

Le but caché que vous attribuez à votre [89] Ouvrage, est très beau. Oseroit-on pourtant vous dire, qu’il est trop vague°? Faire sentir la grandeur de la Raison, & la beauté de la Vertu, déceler l’extravagance du Vice, c’est-là le but général de tous les Traités de Morale. On souhaiteroit quelque chose de plus singulier, & le titre de Bagatelle prépare à cela. Il semble, ce n’est pas moi qui parle, ce sont plusieurs personnes de grand mérite, il semble qu’un Ouvrage Moral, ainsi intitulé, doit attaquer & peindre les Passions précisément par ce qu’elles ont de ridicule & de frivole. En joigant <sic> à ce but le tour ingénieux que vous prénez, dites-vous, pour l’envelopper, ces Sophismes adroits, employés ironiquement en faveur des Passions, & où l’on reconnoit si bien leur langage, vous rempliriez toute l’étendue de votre titre, & vous répondriez parfaitement à l’attente des Gens d’esprit.

Vous convenez déja de quelques petites interruptions dans le fil de votre Systême, mais de peu d’importance selon vous. Voyons°; & pour vous prouver que je suis Lecteur attentif & équitable, lors même qu’il ne s’agit que de bagatelles, je vai faire une espéce de récapitulation de ce que renferment les vôtres.

Elles commencent par tourner en ridicule la fausse délicatesse de nos illustres Modernes. Mais rencontrez-vous là dans votre chemin Mr. [90] de de la Rochefaucault°? & quelqu’autre que vous, s’est-il jamais avisé de trouver du galimathias dans ses Maximes.

. i. . 4. vous déclarez qu’il ne faut point attendre de vous de raisonnement suivi, ni d’arangement dans les matiéres. Mais quoi? vous me soutenez aujourd’hui, que dans votre Ouvrage régne un but fixe, & un Systême suivi ; vous allez jusqu’à me défier de montrer le contraire. Je n’ai donc qu’à vous renvoyer à votre I. Bagatelle, & à vous soutenir que vous avez tenu parole.

Dans la ii qui traite des Proverbes & des Sentences, vous donnez un petit coup de dent à Mr. de la Bruyére, qui n’avoit, ce me semble, aucun tort.

Dans la suivante sont dépeints les inconvéniens attachés à la qualité de Bel-Esprit, après cela, vous nous aprenez le moyen d’avoir de l’esprit infiniment.

Après vient la rarefaction des Pensées ; puis paroit Mr. Gacon, un des Maîtres en cet Art. Enfin, Mr. de la Motte lui-même est accusé de galimathias, & je crois qu’il auroit assez de peine à s’en justifier à ce coup.

La vi. Bagatelle est occupée par les définitions & les divisons nécessaires à l’intelligence de votre Ouvrage. Voilà l’Avant Propos.

L’Ouvrage commence par l’Histoire du Libraire Nicholson, & de son testament, & par [91] des réflexions là-dessus ; qui sont immédiatement suivies du méchanisme de l’Imagination, dans la vii. Bagatelle. Après paroit une Chanson merveilleusement belle, accompagnée d’un Commentaire qui ne céde en rien à la Chanson, & que j’aurois cru de la façon de Mr. le Docteur Mathanasius, à qui seul appartient de faire des Chefs-d’œuvres, si vous n’aviez assuré que la Chanson & le Commentaire viennent de la plume d’un des plus illustres Poëtes de ce Pays.

Dans la xiii. Bagatelle vous revenez à vos idées sur le Méchanisme, & vous tâchez de raprocher le plus grand nombre d’hommes qu’il vous est possible de la nature des Brutes ; en quoi vous n’aurez pas beaucoup de peine, assurément.

Puis à la faveur d’une petite transition délicate & imperceptible, vous produisez votre Ode ou Idile imitée d’Horace, pour mettre en opposition l’état d’un cœur amoureux, avec les douceurs de la Vie Champêtre, en dépit de Mr. de Fontenelle.

Après cela, entrainé sans doute par le besoin de votre Système, vous expliquez la nature de l’Orthodoxie°; ensuite celle de la Vertu.

La Bagatelle suivante roule sur l’inconstance des goûts & des jugemens des Hommes.

Dans la xix. voilà votre petit Génie qui tombe des nues, & qui, après avoir ouvert [92] la scéne avec vous par une espèce de Balet, nous fait d’un air fort goinfre la Description de Paris°; & comme c’est un Génie fort galant, il dit des Dames de France tout le bien qu’il est possible.

Dans la xxi. autre décoration°: c’est l’Abbé C * *., qui décide d’un ton de Petit-Maître sur le sujet de la Poësie°: en quoi il se voit relancé à merveille par un Officier, Gascon sans doute, du moins je l’ai pris pour tel à son stile. Vous finissez par donner un petit coup de dent au pauvre Abbé du Jarri. Voyez ce que c’est que la jalousie°! parce qu’il a été couronné, tout le monde lui en veut. Mais cet illustre se moque bien présentement de vous autres Critiques, qui vous acharnez toujours contre les Ouvrages favorisés de la Fortune. En vérité, un Poëte qui, comme Mr. l’Abbé du Jarri, ayant travaillé pendant quarante années pour le Prix, l’obtient à l’âge de soixante, peut bien se mettre en paralléle avec Malherbe, & dire,

Citation/Motto► Les brillantes faveurs dont Parnasse m’honore,

Fort loin de mon berceau commencérent leur cours. ◀Citation/Motto

En effet, ce n’est qu’à soixante ans passés que Mr. l’Abbé se voit enfin parvenu à ce degré éminent de galimathias, auquel est réservé le Prix de l’Académie Françoise.

[93] Dans la xii. Bagatelle autre apparition, du petit Génie, pour vous aporter un Patron des Habits de Papier, devenus à la mode en France chez les Dames de la Cour. C’est-là Monsieur, au moins de l’avis des trois quarts & demi de vos Lecteurs, ce que vous avez jamais écrit de plus beau. On vous défie même de rien produire à l’avenir qui soit de cette force-là ; mais il est bon de vous avertir, de peur que vous n’aliez vous recrier à l’ironie, que je supprime ici, & pour cause, mon sentiment particulier. Au reste, vos Envieux publient que ce n’est qu’une imitation assez bien tournée d’un Discours du Spectateur sur les Jupes de baleine.

Des Habits de Papier, vous passez, par une transition toute naturelle, aux inconvéniens qu’entraine avec soi le Bel-Esprit.

Le Caractére des Femmes fait le Sujet de la xxiv. Bagatelle. Autre liaison de matiéres imperceptibles.

Il s’agit dans les deux Feuilles suivantes, du Bonheur que procure aux Hommes l’Imagination ; & dans la xxvii. de ce degré de folie qui est commun au Genre-humain.

Des Réflexions sur l’Eloquence de la Chaire occupent toute la semaine suivante.

On voit dans la xxx. Bagatelle, le Caractére des faux Délicats, de ces gens qui entendent tout finement. Vous avec un intérêt particulier à déclamer contre ces gens-là.

[94] Vient ensuite la question, si les Bonnes Mœurs sont nécessaires à la conservation d’un état°?

Enfin, votre prémier Volume 1 se conclut par des Réflexions sur la Royauté Héréditaire.

Eh bien! Monsieur, ne voilà-t-il pas une belle variété d’idées, & un surprenant amas de matériaux. Combien en composeroit on de Volumes°? Avouez après cela, que s’il y a un point fixe & des liaisons Systématiques dans votre Bagatelle, il faut un bon microscope pour les y apercevoir. Mais l’Ouvrage n’en est que plus divertissant ; d’accord. C’est tout comme si l’on étoit à l’Opéra. Me voici seul avec vous dans un cabinet, à vous entendre raisonner sur l’Orthodoxie ; tout d’un coup un petit Lutin descend de je ne sai où, fait trois ou quatre cabrioles ; puis d’un coup de siflet, zest, me voilà à Paris au mileu <sic> du Cours, dans une foule de Coquettes, de Nouvellistes & de Petits-Maitres. Que veut-on de plus réjouïssant ? Courage, Monsieur ; continuez sur ce pié-là, & je vous répons du Public. ◀Letter/Letter to the editor ◀Level 3 ◀Level 2 ◀Level 1

1De l’édition précédente, qui finit ici avec la page 200. du T. i.