Cita bibliográfica: Anonym (Ed.): "XXX. Discours", en: Le Spectateur ou le Socrate moderne, Vol.5\030 (1723), pp. 183-188, editado en: Ertler, Klaus-Dieter / Fischer-Pernkopf, Michaela (Ed.): Los "Spectators" en el contexto internacional. Edición digital, Graz 2011- . hdl.handle.net/11471/513.20.1419 [consultado el: ].


Nivel 1►

XXX. Discours

Cita/Lema► Duris ut ilez tonsa bipennibus
Nigræ feraci fondis in Algido,
Per damna, per cædes, ab ipso
Ducit opes animúmque ferro.

Hor. L. iv. Ode iv. 57.

Semblable à un grand chêne de l’épaisse & sombre Forêt du fertile Algide, ébranchée à grands coups de baches, elle tire de nouvelles forces du fer que la blesse ; ses pertes & ses défaites ne servent qu’à relever son courage & sa grandeur. ◀Cita/Lema

Metatextualidad► Réflexions sur les Juifs. ◀Metatextualidad

Nivel 2► Engagé par ma Profession à examiner toutes sortes des Personnes, il n’y en a point que j’observe avec tant de plaisir que celles qui ont quelque chose de singulier ou de nouveau dans leur Caractere & leur genre de vie. C’est pour cela même que je me suis amusé souvent à speculer [184] sur la race des Juifs, dont j’ai trouvé grand nombre dans la plûpart des Villes considérables où j’ai été durant le cours de mes Voyages. Dispersez dans tous les Païs du Monde où il y a quelque Commerce, ils sont devenus les Instrumens par le moyen desquels les Nations les plus éloignées convergent les unes avec les autres, presque tout le Genre Humaine est lié ensemble dans une correspondance universelle. Il en est d’eux comme des Chevilles & des Clous, qu’on emploie dans un grand Edifice, & qui sont d’une absolue nécessité pour en joindre toutes les parties, quoi que leur valeur, intrinseque soit fort peu de chose.

Pour éviter les Lieux communs sur leur chapitre, je les envisagerai sous trois différentes vûes ; I. à l’égard de leur Nombre ; 2. à l’égard de leur dispersion ; & 3. à l’égard de leur attachement à la Loi Mosaïque. Je tâcherai de faire voir ensuite quelles sont les Causes, naturelles eu surnaturelles, qu’on peut alléguer dé ces trois Evenemens si dignes de remarque.

I. Il y a bien des Gens qui croient que les Juifs sont aujourd’hui en aussi grand nombre qu’ils l’étoient autrefois dans le Païs de Canaan.

Cela ne peut que surprendre, si l’on pense au terrible carnage qui s’en fit sous quelques uns des Empereurs Romains, & que les Historiens font monter à plusieurs Centaines de mille Hommes tuez dans une [185] seule Guerre, sans parler d’une infinité de Massacres & de Persécutions qu’ils ont essuïé en Turquïe, & dans tous les Etats Chrétiens du Monde. Leurs Rabins, pour representer un si cruel dégât, nous disent suivant leur manière hyperbolique de s’exprimer, qu’il y eut tant de sang versé de la Nation sainte, qu’il s’en forma des Torrens, qui entrainerent plus d’une Lieuë en Mer des Rochers qui avoient trois cens pieds de circonférence.

2. La seconde chose digne de remarque dans ce Peuple est leur Dispersion. Il y en a de prodigieux Essains dans tout l’Orient, & il s’en trouve dans les Provinces les plus reculées de la Chine : Ils sont répandus entre la plûpart des Nations de l’Europe & de l’Afrique, & l’on en voit plusieurs Familles dans les Indes Occidentales ; pour ne rien dire de ces Peuplades qui habitent sur les frontières du Païs où a régné le Prete-Jean <sic>, & dans les parties intérieures de l’Amérique, si nous devons ajouter foi à leurs propres Ecrivains.

3. Leur ferme attachement à la Loi de Moïse n’est pas moins remarquable que leur grand nombre & leur Dispersion, si l’on observe sur tout qu’ils ont été persécutez & méprisez dans tous les Païs du Monde. Cela paroit encore plus digne d’admiration, si l’on a égard à leurs fréquentes Apostasies, lors qu’ils vivoient sous leurs Rois, dans le Païs de Canaan & à la vue de leur Temple.

[186] Si nous examinons ensuite quelles peuvent être les Causes naturelles de ces trois Particularitez qui regardent les Juifs, je ne saurois attribuer leur grand nombre qu’à leur travail assidu, à leur abstinence, à leur exemption de porter les armes, & sur tout à l’ardeur qu’ils ont pour le Mariage ; puis qu’ils regardent le Célibat comme un état maudit, & qu’ils se marient avant l’âge de vingt ans, dans l’esperance que le Messie sortira de leurs reins.

Leur Dispersion n’est pas si difficile à expliquer. Accoutumez au desordre & aux séditions, pendant que Jerusalem subsistoit, avec son Temple, ils furent souvent chassez de leur ancien Païs : Ils ne l’ont pas été moins de fois des autres où ils s’etoient habituez ; ce qui ne peut que les avoir dispersez au long & au large, réduits à chercher leur vie par tout, où ils pouvoient la gagner. D’ailleurs, ils courent les Mers & les Terres pour le trafic & presque par tout ils sont déclarez incapables de jouïr d’aucun Bien fonds ou d’aucun Emploi ; ce qui les met hors d’état de fixer leur demeure dans quelque Coin du Monde.

Cette Dispersion n’auroit pas manqué, selon toutes les apparences, de ruiner leur Culte religieux, s’il ne s’étoit maintenu par la force de ses Loix : Car ils sont obligez de vivre tous en un Corps, & autant qu’il est possible, dans la même Enceinte, de se marier entre eux, & de ne manger point de chair que des Bêtes, dont ils ont répandu [187] le sang, ou qui ne soit préparée à leur mode. C’est ce qui les empêche de s’entretenir à table avec les autres Nations, & de jouïr du plus agréable commerce de la Vie, &, par conséquent, c’est ce qui les prive des moïens les plus naturels d’embrasser le Christianisme.

Enfin, si l’on cherche les raisons que la Providence peut avoit euës à tous ce égards, on trouvera que la Multitude innombrable des Juifs, leur Dispersion, & leur attachement à leur Culte ont fourni à tous les Siècles & à toutes les Nations du Monde les Preuves les plus convaincantes de la Foi Chrétienne, non seulement en ce que ces trois Particularitez ont été prédites d’eux ; mais aussi en ce qu’ils sont eux-mêmes les Dépositaires de ces Prédictions & de toutes les autres Propheties qui tendent à les confondre. Leur Multitude nous fournit une assez-grande nuée de Témoins, qui confirment la vérité de l’ancienne Alliance. Leur Attachement à leur Culte met ce Témoignage au dessus de route exception. Si tout le Corps des Juifs avoit embrassé le Christianisme, nous aurions pû croire que toutes les Prophéties du Vieux Testament, qui se raportent à la venue & à l’histoire de notre bien heureux Sauveur, avoient été forgées par les Chrétiens, & nous les aurions regardées, de même que les Prédictions des Sibylles, comme faites après [188] les Evenemens qu’elles prétendoient nous révéler. ◀Nivel 2

T. ◀Nivel 1