Cita bibliográfica: Anonym (Ed.): "IX. Discours", en: Le Spectateur ou le Socrate moderne, Vol.5\009 (1723), pp. 53-59, editado en: Ertler, Klaus-Dieter / Fischer-Pernkopf, Michaela (Ed.): Los "Spectators" en el contexto internacional. Edición digital, Graz 2011- . hdl.handle.net/11471/513.20.1398 [consultado el: ].


Nivel 1►

IX. Discours

Cita/Lema► Omnia quae sensu volvuntur vota diurno
Pectore sopito reddit amica quies.
Venator defessa toro cùm membra reponit
Mens tamen ad sylvas & sua lustra redit.
Judicibus lites, aurigis somnia currus,
Vanâque nocturnis meta cavetur equis,
Me quoque Musarum studium sub nocte silenti.
Artibus assuetis sollicitare solet.
Claud. Praef. l. iii. de raptu Proserp.

Tous les desirs qui occupent l’Esprit durant la veille, se retracent dans le cerveau pendant le sommeil. Lorsqu’un Chaffeur étendu dans son Lit se repose de sa fatigue du jour, son Esprit retourne dans les Bois & court après le Gibier. Les Juges ne pensent la nuit qu’à des Procès, & ceux que s’exercent à la Course ne voient que des Chariots & des Chevaux & ne songent qu’à éviter l’Obelisque que afin de remporter le prix. L’amour que j’ai aussi pour les Muses ne me donne point de relâche, & me sollicite la nuit à composer des Vers. ◀Cita/Lema

Metatextualidad► Reve sur une Balance que servoit à découvir le veritable poids de toutes choses, ou la juste valeur de tout ce que les hommes estiment. ◀Metatextualidad

Nivel 2► Je m’amusois en dernier lieu à comparer cet endroit d’Homere, où il nous pre-[54]sente Jupiter, la Balance à la main, pesant les Destinées d’Hector & d’Achille, avec celui de Virgile où le même Dieu est introduit occupé à peser les Destins de Turnus & d’Enée. Je remarquai, à cette occasion, que la même maniere de penser & de s’exprimer regnoit dans tous les Pays Orientaux, comme on peut le voir dans ces beaux passages de la sainte Ecriture, où il est dit, 1 que le grand Roi de Babylone avoit été pesé à la Balance, le jour avant sa mort, & trouvé leger ; 2 que Dieu pose les montagnes au Crochet & les Côteaux à la Balance ; 3 qu’il met le poids aux Vents ; qu’il balance les Nuées, & les tient en équilibre ; 4 qu’il pese les Esprits, ou les actions des Hommes, & toutes leurs calamitez dans une Balance. J’ai observé ailleurs que Milton avoit en vûe ces Exemples, ou quelques autres du même tour, dans cette belle Description, où il représente l’Archange & l’Esprit malin prêts à se livrer bataille, lorsque la Balance parut au Ciel, & que les suites de ce Combat y étant pesées, ils furent obligez de se retirer.

Nivel 3► Traum► Allegorie► Metatextualidad► Plusieurs de ces amusantes idées s’emparerent si bien de mon Esprit, avant que de m’endormir, que leur mélange avec les autres excita dans mon Imagination un Rêve fort singulier. Il me sembla que rentré dans mon Cabinet, j’étois assis sur mon Fau-[55]teuil, où je m’étois abandonné à cette agréable Speculation, & que ma Lampe bruloit devant moi, comme à l’ordinaire. Occupé ici à méditer sur divers sujets de Morale, & à examiner la nature de plusieurs Vices & Vertus, qui servent de matiere aux Discours que je donne tous les jours au Public, ◀Metatextualidad je crus voir des Balances d’Or suspendues par une Chaîne du même métail au dessus de la Table où je m’appuïois, lors que tout d’un coup il y eut des Poids jettez par monceaux de l’un & de l’autre côté. Après un serieux examen de ces Poids, je trouvai qu’ils marquoient la juste valeur de tout ce que les Hommes estiment. Pour en faire un Essai, je mis le poids de la Sagesse dans un Bassin, & celui des Richesses dans l’autre ; mais celles-ci parurent d’une si grande legereté, que le Bassin, où étoit leur poids, s’éleva tout d’un coup & alla toucher le fleau.

Metatextualidad► Avant que de passer outre, je dois avertir mes Lecteurs que ces Poids ne faisoient pas sentir leur pesanteur naturelle, jusqu’à ce qu’ils fussent mis dans les Balances d’Or, & qu’il m’étoit impossible de connoître lesquels étoient pesans ou legers, pendant que je les tenois à la main. ◀Metatextualidad Je l’éprouvai diverses fois : Par exemple, après avoir mis, dans un des bassins, le Poids de l’Eternité, j’eus beau placer dans l’autre ceux du Tems, de la Prosperité, de l’Affliction de l’Abondance, de la Pauvreté, de l’Intérêt, du Succès, avec plusieurs autres, qui parois-[56]soient fort pesans à la main, ils furent incapables de remuer le bassin oposè, & ils n’auroient jamais pû en venir à bout, quand même on y auroit joint le poids du Soleil, des Etoiles & de la terre.

Je n’eus pas plûtôt vuidé les bassins, que que <sic> je mis dans l’un les Poids d’une infinité de Titres d’Honeurs, de Pompes, de Triompes, avec plusieurs autres de la même nature. Je vis ensuite auprès de moi un petit Poids brillant, que je mis par hasard dans l’autre bassin ; mais je suis bien surpris de voir qu’il contrepesoit tous les autres, & que la Balance étoit dans un exact équilibre. Je voulus examiner le Nom gravé sur ce petit Poids, & je trouvai que c’étoit la Vanité. Il y en avoit divers autres, qui me parurent d’une égale pesanteur, & qui servoient de contrepoids l’un à l’autre. J’en fis l’épreuve à l’égard de quelques-uns ; par exemple entre l’Avarice & la Pauvreté, les Richesses & le Contentement, &c.

J’aperçus outre cela divers Poids de la même figure qui sembloient correspondre l’un à l’autre ; mais qui placez dans les deux bassins devintent tout d’un coup très-differens. Tels étoient ceux de la Religion & de l’Hypocrisie, de la Pédanterie & du Savoir, de l’Esprit & de la Vivacité, de la Superstition & de la Pieté, de la Gravité & de la Sagesse, avec plusieurs autres.

A la vûë d’un Poids sur lequel il y avoit des lettres gravées de part & d’autre, curieux [57] de savoir ce que c’étoit, j’y lûs d’un côté ces mots, Suivant le stile des Hommes, & au dessous, Calamitez ; On voïoit de l’autre côté ces paroles, Dans le langage des Dieux, & au-dessous, Benedictions, le trouvai même que la valeur intrinscque de ce Poids alloit beaucoup plus loin que je n’aurois cru, & qu’il l’emportoit sur ceux de la Santé, de Richesses, de la bonne Fortune, & de de plusieurs autres, qui paroissoient plus pesans à la main que celui-là. ◀Allegorie ◀Traum

Il y a un Proverbe en Ecosse, qui dit qu’une Once à Naturel vaut une livre d’Aquis, & la vérité me parut bien sensible, lors que je vis la diférence qu’il y avoit entra le Poids des Talens naturels & celui du Savoir que l’on aquiert par l’Etude. L’observacion que je fis sur ces deux Poids m’ouvrit un vaste champ pour de nouvelles découvertes ; car quoi que le Poids des Talens naturels pesât beaucoup plus que celui du Savoir, il pesa cent fois plus qu’à l’ordinaire, dès qu’ils furent mis tous deux ensembles dans le même bassin. J’observai la même chose à l’égard de la Foi & de la pratique des Vertus morales ; car quoi que le dernier Poids l’emportât sur l’autre séparement, il aquit mille fois plus de pesanteur par sa jonction avec le premier, qu’il n’en avoit tout seul. Cet étrange Phénomène parut en d’autres Cas, tels qu’entre l’Esprit & le Jugement, la Philosophie & la Religion, la Justice & l’Humanité, la solidité des Pensées & la clarté du Stile, & une infinité d’autres Couples, [58] qu’il seroit trop long de raporter ici. ◀Nivel 3

Comme, dans un Rêve, on mêle presque toujours le grave ou le serieux avec le badin ou le ridicule, il me sembla que je fis plusieurs autres Experiences d’un ordre plus enjoué. Par exemple, je trouvai qu’un Octavo Anglois pesoit fort souvent plus qu’un Folio François ; & qu’un ancien Auteur, Grec ou Latin, l’emportoit sur une Bibliotheque entiere de Modernes. Je mis ensuite un de mes Discours qu’il y avoit sur la Table, dans un des bassins, & une Piéce de deux sous dans l’autre. Mes Lecteurs ne me demanderont pas quelle fut l’issue de cette Experience, s’ils veulent bien se rapeller la premiere que j’ai raportée ci-dessus. Ce n’est pas tout, je mis les deux Sexes dans la Balance, mais puisqu’il est de mon intérêt de les ménager l’un & l’autre, on me pardonnera bien si je n’en dis pas le résultat. D’ailleurs l’occasion étoit si belle que je ne pus m’empêcher de mettre, dans l’un des bassins, les Principes d’un Tory, & dans l’autre ceux d’un Whig ; mais en qualité d’Homme qui a toujours observé une exacte neutralité dans cet Ouvrage, on me dispensera de reveler ce qui m’en parut, quoi qu’aprés avoir examiné l’un des Poids, j’y trouvai le mot 5 Tekel gravé dessus en lettres capitales.

Je fis plusieurs autres Experiences de la même nature, Metatextualidad► & quoi qu’il ne me reste pas assez de place pour les inserer dans ce Dis-[59]cours, peut-être y aura-t-il quelque occasion de les publier une autre fois. J’ajouterai seulement ici qu’à mon réveil j’eus du chagrin de voir mes Balances d’Or éclipsées ; mais je résolus d’en tirer cette Leçon pour l’avenir ; c’est-à-dire qu’au lieu de mépriser ou d’estimer aucune chose sur ce qui en paroit au déhors, de regler mon estime & l’envie de les posseder sur leur valeur intrinseque. ◀Metatextualidad ◀Nivel 2

C. ◀Nivel 1

1Dan. v. 27.

2Esa. cl. 12.

3Job. xxviii. 25. & xxxvii. 16

4Prav. xvi. 2.

5Ou Thekel, Voïez Dan. v. 27.