Zitiervorschlag: Anonym [Jean Rousset de Missy / Nicolas de Guedeville] (Hrsg.): "Epitre", in: Le Censeur ou Caractères des Mœurs de la Haye, Vol.1\000 (1715 [1714]), S. 1-6, ediert in: Ertler, Klaus-Dieter / Hobisch, Elisabeth (Hrsg.): Die "Spectators" im internationalen Kontext. Digitale Edition, Graz 2011- . hdl.handle.net/11471/513.20.4003 [aufgerufen am: ].


Ebene 1►

Epitre.

A tres durable, tres puissante et tres redoutable Dame Postérité.

Ebene 2► Metatextualität► Brief/Leserbrief► Madame,

Peut-être que le présent que je prens la liberté d’aporter à vos Piez, n’aura pas l’honneur de vous agréer ? Je n’en puis mais. Je n’ai pas écrit ce Volume pour plaire, seroit-ce pour plaire que je le dédierois ? Je l’ai écrit, Madame, pour peindre à mes Concitoïens la laideur de leurs défauts, le Ridicule de leur conduite, & l’extravagance de leur maniére de vivre si éloignée de la Raison, ce présent du Ciel, qu’ils dévroient seul consulter. Je Vous le dédie, Madame, pour Vous faire voir Vous même à Vous-même dans le Portrait de ceux qui Vous ont devancez. Je parle sans flaterie (je sais que c’est pécher contre la Régle des 1 Dédicaces) mais j’augure que comme [2] Nous, qui sommes la Postérité de Ceux qui Nous ont précédez, ne leur avons cédé en aucun vice, bien loin de là, nous avons sû enchérir sur eux en délicatesse de déréglement, Vous ne l’emporterez pas moins sur Nous en Débauches, en Luxure, en Avarice, en Impiété, en Amour-propre, en fureur pour le Jeu, en Cagotisme, en Hipocrisie ; comme on jouë la Divinité aujourd’hui, Vous la jouërez à votre tour ; couverte du voile d’une feinte piété, Vous commétrez tous les crimes impunément, comme on les commet aujourd’hui à l’abri de ce sacré voile. Vous marcherez sur nos traces, Madame, nous aurions mauvais air de le trouver mauvais.

Nos Péres plus méchans que n’étoient nos Ayeux,

Ont eu pour Successeurs des Enfans plus coupables,
Qui seront remplacez par de pires neveux.
Mais que n’altérent pas les Tems impitoïables !

Ne trouvez pas mauvais à votre tour qu’il se soit trouvé un Homme capable de Vous dire la Vérité sans déguisement, & d’une maniére à vous donner horreur de vous-mêmes. J’avouë qu’il s’en trouve tous les jours qui se vantent de dire aux autres leurs véritez. Mandaurus dit à Carion qu’il est avare : mais comment le lui dit-il ? en lui déguisant son vice, en le lui peignant sous [3] des couleurs plûtôt capables de le lui faire chérir, que de lui en donner de l’horreur, semblable à ces Médecins temporiseurs qui craignant de mettre sur la plaïe le fer & le feu, y laissent gagner la gangrêne. Qu’en arrive-t-il ? Carion prend plaisir aux discours éloquens de Mandaurus, il louë la finesse d’une Apologue spirituelle dont il s’est servi, & qu’il n’a garde de s’apliquer, en vain Mandaurus criera, de Te, de Te fabula narratur. Carion ne s’en éfrayera pas.

J’ai pris une autre voïe, j’ai dépeins le vice avec tous ses traits les plus naturels, c’est à dire, les plus afreux. Je l’ai ataqué dans le vicieux même ; j’ai peins la hideuse jalousie d’Alidore à ses yeux ; j’ai tracé à Argire sa détestable Hypocrisie, &c. Ils se sont reconnus, ils ont eu peur d’eux-mêmes. Mais hélas ! ont-ils changé ? Fasse le Ciel, Madame, qu’éfraïée de tels traits vous fassiez plus qu’eux, que mes avis servent à vous corriger ! Il faut des vœux dans une Epître ; en voila.

Selbstportrait► Mais puis que c’est à la Postérité que je parle, ne suis-je pas obligé de lui rendre comte moi même de ma conduite ? Il est vrai qu’il m’importe peu qu’elle sache qui je suis.

[4] . . . . Car ces grands noms d’Illustre, de Fameux,

Après quoi les mortels courent toute leur vie.
Avides de laisser un long souvenir d’eux.
Jamais en moi n’ont fait naître d’envie.

Cependant, comme j’aprends que quelques-uns de mes Concitoïens ne se font pas une afaire de me traiter d’Impie, de Médisant, de Cacochime, je suis bien aise Madame, d’avoir occasion de vous aprendre que j’adore l’Etre éternel, tout-puissant, infini, immense, immuable, tout sage, tout bon, tout juste, avec un dévouëment & des respects que je ne crois devoir rendre qu’à lui seul comme Auteur & Conservateur de mon être. Je suis à la lettre les Loix de ces deux vénérables Tables que le Judaïsme dispersé nous a conservé, & je dirige toute ma conduite sur cette régle d’or, ne alteri feceris quod tibi fieri non vis. Pour mon humeur elle est naturellement gaïe, & quoi que sévére, amie de la Liberté. Voila mon caractére. Si avec cela

J’apelle un Chat un Chat, & Rolet un Fripon.

qu’on apelle cela médisance tant qu’on voudra, pour moi je l’apelle parler franchement.

[5] Un Esprit né sans fard, sans basse complaisance

Fuit ces tons radoucis que prend la médisance.

C’est en suivant cette régle que j’ai hardiment Censuré les déréglemens de mon Siécle, & de ma Patrie ; mais puis que la malice & l’injustice vont jusqu’au point d’en venir aux calomnies outrageantes, & aux acusations controuvées contre un Citoyen qui ne cherche qu’à rétablir chez eux la Raison sur son Trône, il faut les laisser en proye à leur iniquité. ◀Selbstportrait Oui, Madame, on a osé publier que je voulois renverser & détruire le Culte de la Divinité, parce que j’ai prouvé qu’un Etat se passeroit bien de cette fourmilliére de Prêtres, tels qu’ils sont aujourd’hui, qui troublent les deux tiers de l’Univers, par leur faux zèle, leur Hipocrisie & leur Tartuflerie. Comme s’il y avoit une telle rélation entre le Prêtre & l’Autel, que l’Autel ne pût subsister sans le Prêtre ; comme si le cœur de chaque Homme n’étoit pas l’Autel sacré, sur lequel le Créateur veut qu’on lui brûle l’encens qui lui est le plus agréable ? En un mot, comme si du Prêtre dépendoit tout le Culte ? Jugez-en, Madame, mais jugez-en sans préjugé, sans prévention, si vous êtes capable de vous en dépouiller.

[6] Mais je m’aperçois que je sors un peu trop du stile épistolaire. J’y reviens, Madame ; est-ce pour faire une longue Généalogie de vos Ancêtres, non, Madame, car je ne trouverois rien de bon à dire à leur louange ; parlerois-je de Vous, comme chacun aime à vivre chez vous plûtôt que chez ses Contemporains, chacun vous encense, chacun vous peint avec des couleurs flateuses, mais moi qui me moque de ces honneurs postumes, je mets des bornes à cette Epître & je dis adieu & à Vous, Madame, & à mes Concitoïens, par ce petit Avis.

Si vous désirez voir sans peine

Le beau jour de la Vérité Et suivre la route certaine
Qui méne à la Félicité Que le plaisir, ni la tristesse Que l’espérance, ni la peur Ne soient point les maîtres d’un cœur Dont la seule Raison doit être la maîtresse Lors que cette Troupe rebelle Suivant ses transports furieux Prive sa Reine naturelle
De l’Empire absolu qu’elle a reçû des Cieux L’Ame couverte d’un nuage
Qui lui cache la Vérité Change en un honteux Esclavage
L’éclat & la grandeur de son autorité

Madame, Votre très humble serviteur, de G * * *. ◀Brief/Leserbrief ◀Metatextualität ◀Ebene 2 ◀Ebene 1

1Témoin une nouvelle de 80. pages.